Avions de combat cloués au sol : L’opposition politique exige l’ouverture d’une enquête parlementaire

soumailassL’opposition politique et républicaine a animé un point de presse, le mardi 3 septembre 2019, à la maison de la presse. Le chef de file de l’opposition, l’honorable SoumaïlaCissé, exige l’ouverture d’une enquête parlementaire dans l’affaire des avions cloués au sol afin que les auteurs répondent de leur traîtrise.

Pour l’honorable SoumaïlaCissé, il est de son devoir d’informer l’opinion publique nationale et internationale sur les questions d’intérêt majeur concernant la gouvernance et l’avenir du Mali. Il rappelle qu’à la date du 4 septembre 2013, l’armée malienne et les corps de l’administration étaient déployés et opérationnels sur toute l’étendue du territoire national.

Quant à l’ensemble des partenaires techniques et financiers, ils étaient non seulement de retour, mais aussi œuvraient aux côtés de l’Etat tant en confiance qu’en solidarité pour une relance durable de l’économie malienne. Mais, aussi et surtout, le pré-accord de Ouagadougou avait considérablement défriché et clairement balisé le terrain en fixant un calendrier précis pouvant et devant raisonnablement aboutir à une paix et une réconciliation durable dans les délais parfaitement maîtrisables.

De cette date au 3 septembre 2019, soit 6 ans jour pour jour, en passant par une nouvelle élection en août 2018, dont l’organisation et les procédures s’avéraient plus que constables,et dont le résultat a été régulièrement et massivement contesté, le maître mot qui rythme et caractérise le régime d’IBK est lui, sans aucune contestation possible, celui de scandales.

«Scandales avec un S majuscule tant ils se sont succédé à fortes doses et à coûts exorbitants. Scandales relatifs à l’avion présidentiel, aux équipements militaires, aux engrais frelatés, à la passation de marchés surfacturés, à la construction de logements sociaux, etc. Scandales en toute impunité, touchant aux domaines sensibles de la sécurité, de l’éducation, de la santé, de l’aménagement routier parmi d’autres, sur fond de malversations financières, de fraudes fiscales et douanières, l’ensemble impactant gravement le quotidien tant social, civique et économique de la population malienne», s’indigne le chef de file de l’opposition.

Poursuivant son intervention, M. Cissé affirme que les scandales se sont multipliés tragiquement en phase avec les cortèges funèbres consécutifs aux violences meurtrières, mafieuses et terroristes grandissantes au nord, au centre du pays, pour lequel les compatriotes, abandonnés par le pouvoir central, ont payé un très lourd tribut.

«Ainsi de 2013 à 2019, l’insécurité galopante et effrénée a occasionné la mort de plus de 4000 civils et militaires, plus de 500 au seul premier semestre de 2019. Cela est tout simplement inacceptable et intolérable», a-t-il martelé. Devant la gravité de la situation, SoumaïlaCissé a rappelé qu’aucune indiscipline ni délinquance financière ne doivent être tolérées dans la gestion des ressources allouées aux forces armées de défense et de sécurité.

«Au moment où les armées tombent devant les balles assassines des terroristes, le président de la République et le président de la commission défense de l’Assemblée nationale donnent raison à l’inquiétude de l’opposition politiques en confirmant que les deux hélicoptères Puma sont cloués au sol pour faute de maintien. Cet acte est donc assimilable à la haute trahison de la part du chef suprême de l’armée», selon le chef de file de l’opposition.

Ainsi, l’opposition politique a saisi l’Assemblée nationale d’une demande formelle, à la date du 26 août 2019, pour l’ouverture d’une enquête pour répondre aux questions suivantes que le peuple malien se pose : Qui sont les responsables de ces pratiques ? Qui a choisi et commandé les hélicoptères ? Qui a ordonné les achats et à quel coût? Qui a procédé aux règlements et de quelle manière ? Comment se sont opérées les transactions ? Pourquoi les hélicoptères Puma sont-ils cloués au sol ? Pourquoi les hélicoptères Tucano ne sont pas équipés de matériels de combat ? Enfin, pourquoi deux autres Puma n’ont jamais été livrés ?

Telles sont les questions auxquelles l’enquête de l’Assemblée nationale doit répondre à la demande de l’opposition politique et républicaine, a-t-il martelé le chef de file de l’opposition, SoumaïlaCissé.

Gabriel TIENOU

Nouvelle Libération

Pin It

Commentaires fermés