FEMAFOOT: 129.979.288 FCFA pour un divorce à l’amiable avec Giresse

GiresseDès la fin de la CAN 2017, le torchon brûle entre Alain Giresse et l’ancien bureau fédéral dissout par le ministre des Sports.

Ainsi, le 2 février 2017, la FEMAFOOT a adressé une première lettre au ministre des sports qui avait comme objet, la désignation d’un collège d’entraineur.

Il était écrit qu’après l’élimination des aigles à la CAN, une réunion se tiendrait au siège de la FEMAFOOT. Lors de cette réunion, les débats et échanges ont permis de situer au niveau du coaching, voire du management de l’équipe, les raisons réelles de l’élimination précoce de notre sélection. Ils ont aussi abouti à la nécessité d’une internalisation de la fonction de sélectionneur national. Dans ce sens, il a été décidé de mettre en place, pendant une période intérimaire de 6 mois, un collège de techniciens maliens composé d’un sélectionneur national et de son adjoint.

Pour le sélectionneur et son adjoint, l’ancien bureau fédéral avait proposé Mohamed Magassouba comme sélectionneur et Fousseyni Diawara comme adjoint.

A cet effet, le 13 février 2017, Baba Diarra avait adressé une lettre au ministre des Sports pour lui communiquer les coûts financiers afférents à la rupture de contrat de Monsieur Alain Giresse et à la mise en place d’un collège d’entraineur.

Dans cette lettre, il a fait savoir au ministre que le contrat de Giresse court jusqu’en novembre 2017, soit 9 mois. Au cas où il accepterait un règlement à l’amiable, le coût de la résiliation pourrait être de 14.431.032 FCFA X 9=129.979.288 FCFA.

Selon cette lettre, la mise en place du collège d’entraineur ne génère pas d’incidence financière spécifique. Dans la mesure où le coach intérimaire est déjà salarié contractuel et son adjoint ne fera que remplacer celui en fonction et dont les émoluments sont déjà budgétisés.

A travers cette lettre, nous avons voulu démontrer aux supporteurs maliens que le football malien est financé par l’Etat qui a, par conséquence, son mot à dire concernant les équipes nationales.

D’ailleurs, à part le Championnat national qui est sponsorisé par Orange Mali, la préparation des équipes nationales, les voyages, l’hôtellerie des différentes sélections nationales et les salaires des encadrements sont pris en charge par l’Etat. Sinon, pourquoi la fédération elle-même n’a pas rompu le contrat de Giresse pour payer les
indemnités ?

Les dirigeants doivent cesser cette lutte d’intérêt et penser à l’intérêt de la nation pour permettre aux jeunes maliens de s’épanouir à travers le football.

Bréhima Traoré

L’Espérance

Pin It

Commentaires fermés