Lancement du projet de révision constitutionnelle : le FSD et la Cofop refusent de rencontrer IBK

Après les représentants des partis de la mouvance  présidentielle mardi , le chef de l’État malien Ibrahim Boubacar Keïta doit rencontrer aujourd’hui les leaders des partis de l’opposition  pour discuter d’un dialogue politique et faire un pas décisif pour soumettre par voie référendaire au peuple un projet de révision de l’actuelle Constitution. Selon nos sources, le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) dirigé par Soumaila Cissé et la Coalition des Forces Patriotiques (COFOP)  composée d’Oumar Maiko, Housseini Amion Guindo, Moussa Sinko Coulibaly ont décidé de boycotter la rencontre.
En remettant mardi à ses alliés de la majorité présidentielle l’avant-projet de texte de révision constitutionnelle, le chef de l’État malien a campé le décor dans le document : « Ne touche pas à la durée du mandat du président de la République. »
Ensuite, au Mali, la révision de la Constitution est devenue inévitable pour plus de démocratie, pour également permettre l’application de certaines dispositions de l’accord de paix d’Alger, signé entre le gouvernement et les groupes armés.
D’autres articles du texte qui seraient soumis à un référendum permettront aussi au Mali, Etat membre d’organisations sous régionales, de respecter ses engagements. Mais pour faire passer le texte, il faut créer un environnement où règnent la paix et un dialogue inclusif. L’opposition malienne aura donc sa place dans le débat, insiste le président Ibrahim Boubacar Keïta.
… suite de l’article sur L’Indicateur Renouveau

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>