Mairie de la Commune VI : 253 permis d’une valeur de 600 millions de nos francs délivrés sans aucun centime dans les caisses de l’État

maire AlouUne inspection administrative diligentée par le Ministère de l’Administration, ayant pour mission d’enquêter sur les cessions de terre délivrées par la Mairie de la Commune VI, a mis au grand jour l’implication de tous les maires dans ce qu’on est en droit d’appeler par détournement de deniers publics.

L’inspection en cours dont le Rapport est attendu dans les jours à venir, révèle pour l’heure qu’une bonne frange de l’actuelle équipe dirigeante de la mairie, celle assurant l’intérim d’Alou Coulibaly, est toute autant mouillée que le fautif ayant écopé de trois mois de suspension. Ténémakan Koné, l’actuel Maire principal et bien de Conseillers municipaux auraient chacun délivré des permis d’attribution des terres sans pour autant laisser de traces de recettes.

Décidément, au niveau de la Mairie de la Commune VI, il n’y a pas qu’Alou Coulibaly qui soit abonné à ces pratiques frauduleuses de cession de terres à des fins personnelles. Le Maire suspendu pour raison de fautes graves, d’après le communiqué le sanctionnant, se révèle aujourd’hui un bouc émissaire. C’est du moins ce que l’on puisse dire si l’on doit tenir compte seulement de ses fautes relatives à sa gestion faite du foncier dans la commune. Il a, donc, servi de cobaye en se faisant infliger une peine pour une faute que ses collaborateurs ou ses inférieurs hiérarchiques commettaient eux aussi à longueur de journée.

L’audit consécutif à ses bourdes ne le blanchit, certes, pas, mais il aura eu le mérite de lui trouver des compagnons de misère dans leur sale besogne de tricherie de l’État. En attendant le verdict final qui attend les derniers fraudeurs découverts, le résultat provisoire auquel l’inspection est parvenue est sans appel. 253 permis délivrés d’une valeur totale de 600 millions de nos francs dont aucun centime n’est reversé dans les caisses de l’État comme cela se doit d’être fait. Et, pour conséquence provisoire, c’est l’intérimaire Ténémakan Koné qui a été convoqué par le pôle économique pour fournir des explications sur ces agissements à la limite de la boulimie.

Appelé ainsi à répondre, ne serait-ce que verbalement, des actes qu’il n’est pas le seul à avoir posés, Ténémakan Koné qui craint de se voir porter le chapeau de toute une bande, a opté pour le mea culpa et une plaidoirie pour se sortir d’affaire. Il a imploré l’indulgence du pôle économique auquel il a demandé de surseoir à cette investigation qui exposerait au Grand public les dessous de plus de la moitié des élus de la commune VI. Autant dire que le vent qui a pour l’heure momentanément déposé le Maire Alou Coulibaly, risque d’emporter gros sur son passage.

Katito WADADA : LE COMBAT

Pin It

10 thoughts on “Mairie de la Commune VI : 253 permis d’une valeur de 600 millions de nos francs délivrés sans aucun centime dans les caisses de l’État

  1. La suspension de ce maire ingrat est très judicieuse car ce n’est pas le comportement d’un bon patriote qui veut le bonheur du peuple malien

  2. Je demande que ce monsieur aille s’expliquer au tribunal car un tel detournement ne pas rester impuni. Honte à URD et à son élu.

  3. Bariké cissé 22 mars 2018 à 0 h 43 min -

    Vraiment au niveau de la Mairie de la Commune VI, il n’y a pas qu’Alou Coulibaly qui soit abonné à ces pratiques frauduleuses de cession de terres à des fins personnelles.

  4. Vraiment le Maire Alou est une honte et un irresponsable fait. On doit le limoger et l’enfermer une bonne fois pour tous

  5. Baba Dico Moussa Coulibaly 22 mars 2018 à 0 h 44 min -

    Sincerement le maire Alou Coulibaly est une honte pour les maliens, ce type est une entrave pour le développment social. Je demande que ce monsieur aille s’expliquer au tribunal car un tel detournement ne pas rester impuni. Honte à URD et à son élu.

  6. Je crois que c’est juste de la propagande pour essayer de justifier les fautes professionnelles du maire Alou Coulibaly qu’on tente de salir l’image de son l’intérimaire.