Mali : Le référendum sera-t-il suspendu, en attendant d’être annulé ?

ibkLa nouvelle constitution qui sera soumise à l’appréciation des Maliens, ce 9 juillet, est fortement décriée par les partis politiques de l’opposition et certaines organisations de la société civile, qui ont multiplié ces derniers temps, conférences et marches pour dénoncer ce qu’ils appellent une tentative de « renforcer les pouvoirs du président IBK ».

En effet, après quelques jours d’activisme du mouvement « Trop c’est Trop », la contestation contre le référendum constitutionnel du 9 juillet prochain s’est élargie avec la création d’une Plateforme dénommée « AN TE-A BANA », en français, « Ne touche pas à ma Constitution ». Pour barrer la route au projet de révision Constitutionnelle entamé, cette plateforme et l’opposition ont organisé le samedi 17 juin 2017, une grande manifestation pour dire « Non au Référendum ! »

 Trois jours après cette marche pour le retrait du Projet de révision Constitutionnelle, le président de la république, Ibrahim Boubacar Keita a accordé des audiences aux plus hautes personnalités du pays. Il s’agissait entre autres, des Présidents des Institutions de la République du Mali, des leaders religieux et notabilités des familles fondatrices de Bamako, ainsi que d’intergroupe parlementaire de la Majorité présidentielle, etc. Suite à ces différentes rencontres, la fameuse révision constitutionnelle pourrait être suspendue.

guillAnnulation de la loi de révision constitutionnelle au Mali, une requête déposée auprès de la Cour Constitutionnelle

Rappelons qu’il y a une semaine, les députés du Groupe VRD et du Groupe ADP Maliba et SADI ont déposé une requête auprès de la Cour Constitutionnelle à l’effet d’annuler la loi de révision constitutionnelle votée par l’Assemblée nationale le 3 juin 2017. Cet avis est partagé par des magistrats qui menacent d’aller en grève illimitée jusqu’au retrait du projet.

Affaire à suivre…

Poulo/malinet.net

Pin It

7 thoughts on “Mali : Le référendum sera-t-il suspendu, en attendant d’être annulé ?

  1. Surtout que ce sont ces leaders religieux et notabilité qui vont composer la chambre de sages du fameux semant, ils vont jamais dire non, au contraire ils vont encourager le president dans son initiative

  2. Les demandes de retrait ou de report de la révision constitutionnelle ne seraient que de la “MALICE “

  3. Ladji n’a as le choix il va reculer sinon…§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

  4. Moussa Kone dit Bougouni 22 juin 2017 à 9 h 27 min -

    Qu’IBK accepte ou pas, si la population ne l’aime pas, seulement les leaders religieux et familles fondatrices de Bamako seuls ne pouront pas l’elure dans un pays democratique.
    Les Leaders religieux doivent eviter de s’y meller car religion et politique de trahison font deux.
    Si j’ai bonne souvenance, IBK, quand il venait au pouvoir a dit: je jure que je ne vous trahirai jamais vous les Leaders religieux et familles fondatrices de Bamako. Si un Leader religieux me voit sur une voix annormale, qu’il me le dise sinon je ne vais pas le pardonner devant Dieu.
    IBK a commencé par trahir les Leaders en espulsant Moussa Mara du SABATI (Association de Leaders musulmans) sans cause ni pretexte fondés.
    Religion= Politique???
    Ca fait vraiment honte.