Mali : l’ONU met en garde contre l’extension du terrorisme aux pays voisins

« L’insécurité au Mali s’étend désormais au Burkina Faso et au Niger, avec une forte augmentation des attaques de groupes extrémistes dans ces régions frontalières ces derniers mois, » a averti jeudi le représentant spécial des Nations unies en Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas. L’émissaire de l’ONU a mis en garde contre le risque d’une extension du conflit au Mali dans ces pays voisins.

Selon le représentant spécial des Nations unies en Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, l’instabilité persistante au Malise fait sentir jusqu’au Burkina Faso et au Niger, avec des attaques mortelles dans les zones frontalières.
Il a ajouté que la région Liptako-Gourma à la frontière commune des trois pays, a connu ces derniers temps davantage de violence dont des attaques coordonnées à travers les frontières contre des positions militaires, ouvrant la voie aux trafiquants de drogue, les passeurs et les marchands d’armes qui traversent les frontières et s’installent provisoirement avant de se rendre dans d’autres zones.
Le Conseil de sécurité a adopté le mois dernier une résolution saluant le déploiement d’une force conjointe de 5.000 hommes des pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) pour combattre les djihadistes dans la région. Mais, cette force n’a pas obtenu un mandat des Nations uniesles États-Unis s’y étant opposés de crainte d’alourdir la facture de l’organisation.
L’ONU compte 12.500 soldats et policiers dans la région au sein de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma), considérée comme la mission de maintien de la paix la plus dangereuse du monde en raison du grand nombre d’attaques dont elle fait l’objet. Avec la force Barkhane, la France dispose également de 4.000 soldats qui luttent contre les djihadistes au Sahel.

Certains spécialistes pensent que la déclaration du représentant spécial des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest sur l’insécurité rampante au Mali interpelle la communauté internationale afin qu’elle appuie le G5 Sahel. Selon Ibrahim Maiga, spécialiste des questions sécuritaires, le seul moyen pour booter le terrorisme est le redéploiement de l’armée sur le reste du territoire et une réinsertion de la jeunesse qui passe obligatoirement par le développement de nos régions:

Studio tamani

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>