Session interactive de 2000 jeunes entrepreneurs africains avec le Président français à Lagos, au Nigéria : Emmanuel Macron et l’homme d’affaires Tony Elumelu se donnent la main pour la renaissance de l’Afrique à travers l’entrepreneuriat jeune  

President-Macron-at-TEF-Interactive-Session-4(1)La Fondation Tony Elumelu a organisé, le mercredi 4 juillet dernier, une session exclusive interactive au cours de laquelle le président Français Emmanuel Macron, qui effectuait une visite au Nigéria, a échangé avec deux mille jeunes entrepreneurs africains, à Lagos. Une occasion pour le dirigeant français de partager de partager une vision audacieuse et nouvelle de la relation de la France avec l’Afrique.

C’est donc à travers un speech de près de trois heures d’horloge que le président français et l’homme d’affaires nigérian Tony Elumelu se sont entrenus avec des jeunes entrepreneurs africains venus de tout le continent. Il s’agissait pour ces deux leaders de convaincre les jeunes dirigeants d’entreprises qu’ils pouvaient réussir en restant chez eux et bénéficier de marchés à l’échelle internationale. Ce, à condition que leur produit soit de qualité et respecte les normes internationale en la matière.

Dans son mot, le président Emmanuel Macron a plaidé avec passion pour un nouveau partenariat, donnant la priorité au rôle de l’entrepreneuriat dans la renaissance de l’Afrique, soulignant l’importance du secteur privé et surtout disant que l’Afrique était et devrait être entre les mains de l’Afrique. Il a également prodigué des conseils aux jeunes sur la façon de développer leurs entreprises, de pénétrer les marchés européens avec le nationalisme naissant et les guerres commerciales émergentes. Le président français a même fait part de son expérience personnelle et la manière dont il a transformé la politique française qui n’était pas autrefois accessible aux jeunes. Aussi, il a demandé aux jeunes de croire en eux et à leur projet. Emmanuel Macron a décliné le projet développé pour les startups africaines à savoir Digital Africa. Il s’agit d’un concours d’innovation numérique dédié à l’Afrique d’un montant de 65 millions d’euros. Il sera complété en septembre dernier par une plateforme numérique et un dispositif complet d’accompagnement des start-up africaines.

S’y ajoute le rappel de l’annonce qu’il avait faite au Burkina Faso de créer un fonds d’un milliard d’euros pour aider au développement des petites et moyennes entreprises. Lequel fonds sera financé par la Banque publique française d’investissement et l’Agence française de développement (AFD).

L’Afrique, un continent d’opportunités

Pour sa part, Tony O. Elumelu, Cofondateur et Président de la Banque Unie pour l’Afrique (UBA) a ouvert les débats par la reconnaissance de l’importance de cet événement  pour l’entrepreneuriat africain. Il a déclaré que les entrepreneurs africains d’une manière générale et ceux formés par sa fondation particulièrement, veulent « que la France et le reste du monde réalisent que l’Afrique est un continent d’opportunités». Il a également rappelé la philosophie d’«Africapitalisme » développée par sa fondation. Celle-ci œuvre pour l’autonomisation des entrepreneurs africains permettant au secteur privé africain d’être le catalyseur du développement social et économique du continent.

Les deux dirigeants se tenaient côte à côte, entourés de femmes et d’hommes d’affaires émergents et établis de toute l’Afrique, au cours d’une session passionnante et parfois houleuse. Dans la foulée et pour joindre l’acte à la parole, la Fondation Tony Elumelu (TEF) a signé un accord avec l’Agence Française de Développement (AFD), la banque de développement française. Cet accord établit un partenariat de recherche pour examiner l’écosystème de l’entrepreneuriat en Afrique de l’Ouest, avec un accent particulier sur les pays francophones, un cadre de garantie sur le partage des risques et l’accès à des mentors de haut niveau pour les entrepreneurs de TEF.

L’initiative phare de la Fondation, le programme d’entreprenariat de TEF, est un engagement de 100 millions de dollars échelonné sur 10 ans et destiné à identifier, former, fournir du mentorat et financer 10 000 entrepreneurs capables de transformer le paysage des affaires en Afrique. A noter que cette pour cette année, les entrepreneurs ont été déjà sélectionnés et doivent se rendre au Nigéria, au mois d’octobre prochain.

Il convient de rappeler que la United Bank for Africa (UBA-Bank) dont Tony Elumelu préside le Conseil d’Administration et qui est le principal soutien à ce programme devrait ouvrir une représentation au mois de septembre prochain au Mali.

Massiré DIOP (L’Indépendant)

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>