Tombouctou: faute de moyens et de compétences, les autorités intérimaires peinent à être opérationnelles

Deux ans après leur mise en place, les autorités intérimaires de Tombouctou ont du mal à remplir leurs missions. A l’origine de cette situation, il y a notamment l’insuffisance des ressources financières et humaines.

“Depuis la mise en place jusqu’à nos jours, l’Etat n’a pratiquement pas mis à notre disposition les moyens nous permettant de fonctionner normalement, déplore Abocar Hanga Touré, président de l’autorité intérimaire du cercle de Goundam. Nous fonctionnons jusqu’à présent sur budget du conseil de cercle que nous avons remplacé.”

Dans les faits, l’État devait transférer 30% de ses recettes budgétaires à partir de l’année 2018 aux collectivités des régions du nord. Mais cet appui parait peu pour les acteurs locaux au regard des besoins de plus en plus croissants. “Tout le monde sait que les conseils de cercle n’ont pas de ressources suffisantes. Même les charges de personnel sont difficiles à assurer, à plus forte raison d’autres actions”, ajoute M. Touré.

Cependant, l’opérationnalisation de ces autorités intérimaires rencontre un autre problème. Plus grave. Les ressources humaines sont elles-mêmes limitées. Certains membres issus notamment des groupes armés ont peu de connaissances de leurs attributions. “Nous sommes des représentants des mouvements armés arrivés aux affaires sans une véritables connaissance du fonctionnement des collectivités. Je suis en train d’apprendre comment travailler avec les partenaires et gérer une collectivité”, admet le 2ème Vice-président de l’autorité intérimaire de Gourma-Rharous.

Absence de ressources humaines et financières dans des localités où tout rester à construire: Écoles, centres de santé ou même l’accès à l’eau potable restent des défis majeurs. S’y ajoute un contexte sécuritaire tendu qui sape les efforts visant à ramener la paix et la cohésion sociale dans cette parie du pays.

Pour rappel, la mise en place des autorités intérimaires et collèges transitoires est prévue par l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Elles ont la charge de faire fonctionner les collectivités en attendant les élections qui doteront les régions d’assemblées.

De notre correspondant à Tombouctou, Karim Traoré.

Pin It

Commentaires fermés