ATD Quart Monde en Afrique: la lutte passe aussi par la culture

atd8_deux_ex_enfants_de_la_rue_initient_les_enfants_a_la_musique_0

L’année 2017 donne au mouvement ATD (Agir Tous pour la Dignité) Quart Monde l’occasion de célébrer les 100 ans de la naissance de son fondateur, Joseph Wresinski et les 60 ans de sa création. Ce 17 octobre 2017, c’est aussi le 30e anniversaire de la Journée mondiale du refus de la misère que l’association a instaurée. Exemples d’initiatives de lutte contre la pauvreté dans des pays africains. Reportage.

►Au Burkina, la culture pour sortir les enfants de la rue

Au Burkina Faso, l’équipe d’ATD Quart Monde passe par la culture pour tenter le renouement entre les enfants de la rue et leurs familles. Une fois par semaine, les volontaires d’ATD animent des séances de lecture sous les lampadaires dans les quartiers où vivent généralement les enfants des rues.

Ex-enfant de la rue qui s’essaie à la musique, Ousseini Gouba apporte aujourd’hui son aide à l’association ATD Quart Monde dans la lutte pour sortir les enfants de la rue et rejoindre leur famille. A Ouagadougou, il a la cartographie de tous les secteurs où résident ces enfants.

« Je viens deux fois par semaine, une fois dans la journée et une fois la nuit », précise-t-il.

Un appui reconnu par Sylvain Lestien, l’un des volontaires de ATD Quart Monde au Burkina Faso.

« Il fait preuve d’un courage qui nous surprend beaucoup, qui nous épate puisqu’il passe son temps à pédaler sur son vélo dans les rues de Ouagadougou pour aller voir tous les enfants qu’il a connus et qui sont encore dans la rue », souligne ce volontaire d’ATD Quart Monde.

La mission pour Gouba est de convaincre les enfants à renouer le contact avec leurs familles. Et cela passe par tout un processus.

« On cause avec l’enfant. On essaye de savoir ce qui l’a amené dans la rue, son prénom, son nom de famille… il faut connaître tout ça. On ne demande pas à un enfant de retourner dans sa famille, comme ça. C’est ce que l’on fait avec l’enfant qui va l’amener à décider, à dire « Ah ! Moi, je vais retourner dans la famille. Il faut m’aider », explique-t-il.

Pour mener à bien sa lutte, Ousseini Gouba s’essaie à la musique. Il a déjà quelques chansons que ses ex-camarades de rue écoutent à chaque rencontre.

« Tant qu’il y aura des enfants sous les lampadaires, je continuerai à les rencontrer », promet Ousseini Gouba.

→Ecouter: Burkina Faso: Gouba l’ex-enfant des rues à l’écoute des plus démunis (1/5)

►En Afrique du Sud, la pauvreté a augmenté de 2% en 5 ans

Selon l’ONU, une personne échappe à l’extrême pauvreté dans le monde toutes les secondes. Ce n’est pas le cas en Afrique du Sud où la pauvreté a augmenté de 2 % en cinq ans. Plus de la moitié des Sud-Africains vivent en dessous du seuil de pauvreté. Une situation qui s’aggrave avec la récente récession économique.

Tous les lundis matins, au siège de l’ONG Dorcas, à Johannesburg, ils sont 150 à venir manger un morceau de pain et boire un bol de soupe. Ils n’ont pas de travail stable, parfois même pas de maisons.

Daniel a 50 ans. Il dépense tout l’argent qu’il gagne pour nourrir ses deux enfants qui vivent avec lui à Soweto.

« Si je gagne 5 euros par jour, c’est assez. Lorsque je trouve du travail, j’entretiens le jardin des gens ou bien je lave leur voiture. C’est comme ça, on doit survivre », explique-t-il.

Il gagne donc en moyenne 70 euros par mois, juste au-dessus du seuil de pauvreté. Assis juste à côté, Sidney, lui, ramasse des canettes et des bouteilles, tous les jours, pour les revendre.

« Dans les bonnes journées, je peux espérer gagner 2 euros. Lorsque le salaire est bon, j’en profite pour parier ! », dit-il.

Il dépense d’ailleurs l’équivalent d’une journée de travail pour parier sur les matchs de football tous les samedis.

Selon le président de l’ONG, Lionel Cohen, les écarts de richesse ne cessent d’augmenter dans le pays, aux dépens des plus pauvres.

« Même la classe moyenne s’effondre, aujourd’hui. Il n’y a plus rien entre les très riches et les pauvres », souligne-t-il.

Selon les études statistiques, les jeunes femmes noires habitant dans les zones rurales sont la population la plus touchée.

►Au Congo, une congrégation religieuse mène un combat depuis 42 ans

En ce jour de célébration de l’élimination de la pauvreté, le Congo n’organise pas d’activités particulières. Cependant, une congrégation religieuse fait ce travail au quotidien depuis 42 ans au sein de la maison les Petites sœurs des pauvres, près de la cathédrale de Brazzaville, où elle prend soin des personnes âgées, démunies et parfois abandonnées.

De blanc vêtue, foulard bien serré sur la tête, sœur Virginia nous présente la maison des Petites sœurs des pauvres.

« Nous sommes chez les Petites sœurs des pauvres, près de la cathédrale du Sacré-Cœur, à Brazzaville. Nous avons près de cinquante personnes âgées (des hommes et des femmes) à notre charge », précise-t-elle.Cet établissement, aux chambres et couloirs spacieux, est situé dans un quartier résidentiel très calme. Ici, on prend exclusivement en charge des personnes du troisième âge.

« Notre seule œuvre ou apostolat, c’est de nous occuper des personnes âgées souvent pauvres, démunies et parfois abandonnées. Il y en a qui ont des familles et d’autres qui n’en ont pas. Donc, ils ont besoin d’être aidés et assistés. On les accompagne jusqu’à la fin de leur vie », a expliqué sœur Virginia, visiblement enthousiaste.

Opérationnelle depuis 1975, cette maison accueille actuellement une cinquantaine de pensionnés. Son travail est salué par Didier Boutsindi, un fidèle catholique.

« Je viens de la visiter. Les gestionnaires s’occupent des personnes âgées. Ils s’occupent de tout le monde. Surtout, ils sont bien organisés et bien structurés », a-t-il témoigné.

Les six soeurs religieuses ainsi que la vingtaine de salariés qui y travaillent appellent toute personne physique et morale à apporter des dons.

Rfi

Pin It

Commentaires fermés