Affaire Béret-Rouge : les épouses des bérets-verts réclament la libération de leurs maris

miliLes femmes des bérets verts exprimant leur ras-le-bol, réclament sans délai le jugement de nos époux à défaut leur mise en liberté provisoire. C’était au cours d’un point de presse que le Collectif des épouses des militaires et paramilitaires poursuivis dans l’affaire bérets rouges ont tenu ce lundi à la maison de la presse.

 Selon le collectif, le code de procédure pénale malien est clair en la matière qui stipule qu’en matière criminelle, le délai de détention provisoire ne peut excéder 3 ans ; Or leurs maris sont détenus depuis 4 ans. A l’occasion, les bonnes dames étaient assistées par des hommes politiques dont l’honorable Oumar Mariko, Président du parti SADI.

Au sortir de la salle, il a déclaré : ” Hier j’étais avec vous, je suis avec vous aujourd’hui et je le serai demain”. Pour l’honorable Mariko, on doit plus parler du mot jugement on veut la libération immédiate des militaires détenus, qu’elle soit provisoire ou DÉFINITIVE.

guillluminaire de la conférence

Nos époux sont en détention au camp1 de la gendarmerie de Bamako, à Markala, à manantali et à selingué depuis 4 ans dans l’affaire de l’agression physique appelées maladroitement contre coup d’Etat du 30 avril 2012, agression perpétrée par le colonel Abdine Guindo et ses compagnons soutenus par certains hommes politiques maliens.

Or, le code de procédure pénale malien est clair en la matière qui stipule” qu’en matière criminelle, le délai de détention provisoire ne peut excéder 3 ans”, alors nous réclamons sans délai le jugement de nos époux à défaut leur mise en liberté provisoire du moment que les agresseurs (colonel Abdine Guindo et ses compagnons) ont bénéficié d’une liberté provisoire.

Faut-il rappeler que le colonel Abdine Guindo et ses compagnons dans leur forfaiture ont tué 19 personnes civiles et militaires et 36 blessés, ceux-ci n’ont-ils pas droit à une justice et réparation ou ne sont-ils pas des maliens ?

Faut-il le rappeler aussi nos époux ont observé une grève de la fin d’une semaine du lundi 06 novembre au dimanche 12 afin que leur jugement se tienne sans délai ou procéder à leur mise en liberté provisoire et ils comptent renouveler dans les prochains jours.

Nous, collectif des épouses des militaires et paramilitaires poursuivis dans l’affaire Bérets rouges, épris de paix et de justice, restons légaliste c’est pourquoi nous réclamons le jugement immédiat de nos époux et à défaut leur mise en liberté provisoire car cette détention, si elle devait se prolonger est inégale alors nous invitons les autorités du Mali, précisément Ibrahim Boubacar Keita, Président de la République et Chef de l’Etat à prendre à bras le corps le dossier de nos époux car peut-on parler de réconciliation alors que l’armée est diviser?

Poulo/malinet.net

23472904_1738734589505299_2423232226750593263_n

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>