Candidature de Tiemoko Sangaré aux primaires de l’adema : le jeu en vaut-il la chandelle ?

Tiemoko-SangaréDepuis la conférence nationale de l’Adema/PASJ le 25 mars 2017, le parti de l’abeille solitaire a cessé d’être un marigot tranquille avec la question de candidature interne pour la prochaine présidentielle. Aux dernières nouvelles, Pr Tiemoko Sangaré serait dans la logique d’être candidat après avoir échoué dans sa tentative de bloquer la candidature à l’interne.

De la conférence à la rencontre de demain dont l’ordre du jour n’est autre que la mise en œuvre des recommandations de la retraite du 22 juillet 2018, beaucoup d’eau ont coulé sous le pont dont l’adoption de la Nouvelle Offre  Politique (NOP), le Comité exécutif a tenté plusieurs épreuves pour réduire au maximum les velléités et préserver du coup la cohésion du parti toujours mise en mal devant les enjeux. Demain 14 février 2018, les abeilles seront en conclave à Bamako Coura pour chercher « le fameux candidat consensuel et rassembleur ».

Pour le moment, deux candidats ont donné un cachet de solennité à leurs velléités : il s’agit de Kalfa Sanogo et de Dramane Dembélé. Le 1er, depuis la sortie de la conférence, est à pied d’œuvre pour être le porte étendard de la Ruche. Pour affirmer son attachement à son projet, il a même organisé un lancement en pompe au stade Babemba Traoré de Sikasso et animé une conférence de presse. Le second, Dramane Dembélé, 2e vice-président de l’Adema et candidat malheureux du parti à la présidentielle de 2013, a réussi courant janvier le pari d’une grande mobilisation en faisant le plein du Palais de la Culture lors du meeting populaire de lancement de son Nouveau Pacte Social Solidaire (NPSS). Il y avait plus de 3 000 personnes. Chacun des deux candidats aux primaires ont été appelés par leurs partisans à briguer cette candidature.

Aujourd’hui, une nouvelle scène se dessine. Le président du parti Pr Tiemoko Sangaré serait en posture de poser sa candidature aux primaires de l’Adema après les tentatives pour amener Pr Dioncounda Traore a posé sa candidature qui, apparemment, ne serait pas prêt à se soumettre à cette épreuve.  Ce qui justifie tous les agissements du camarade Tièmoko au sujet de la candidature interne.

Sikasso : Un duel Kalfa-Tiemoko en perspective ?

Ce qu’il faut rappeler, c’est que les textes de l’Adema sont clairs en la matière. Ils disent que le candidat doit avoir un parrainage de la majorité des sections de sa région. Si cela s’applique, Kalfa et Tiémoko croiseront le fer à Sikasso pour la convoitise des sections de Bougouni, Koutiala, Yorosso, Kadiolo, Yanfolila, Sikasso et de Kolondièba avant de transporter la « bagarre » à Bamako.

Au-delà de sa région, le candidat aux primaires doit avoir le parrainage d’au moins une section par région. L’un dans l’autre, on ne peut pas non plus prendre le candidat sans passer par les primaires car ces dispositions statutaires sont sorties du congrès ordinaire de 2015. Pour susciter la candidature de Dioncounda, il faut faire une dérogation et cela à la douleur de Kalfa Sanogo et Dramane Dembélé dont les partisans sont arrivés à un point de non-retour. Et mieux, beaucoup de militants pensent que Dioncounda doit agir pour arrêter l’hémorragie du parti tenu par le camarade Tiémoko qui, incapable de gouverner le parti, veut l’impliquer dans le jeu pour se faire une place au soleil.  Aujourd’hui il aspire à être investi par le parti, un processus que lui-même voulait verrouiller depuis belle lurette.

Le jeu en vaut-il la chandelle ?

La réalité du parti nous montre que l’Adema souffre  d’un manque de cohésion. La brèche est ouverte pour preuve : le parti est divisé entre les pros-candidature interne et les antis.

Alors que la rencontre de demain ne changera rien dans la donne puisqu’elle reste une réunion ordinaire du Comité exécutif. Elle amorcera la mise en œuvre des recommandations de la retraite du 22 juillet 2018. D’où le début du processus de recherche du « fameux candidat consensuel, rassembleur et porteur de la nouvelle offre politique pour le scrutin du 29 juillet 2018 ».

Cette candidature, à en croire les militants, est déjà une réalité tangible car elle a été instruite au Comité Exécutif par la 15e Conférence nationale. De même, plus de la majorité des militants du parti, des sections et même des membres du Comité exécutif veulent cette candidature à l’interne.

Fabou Diarra

  • Secrétaire politique du Bureau National de la jeunesse Adema
  • Secrétaire aux questions électorales de la Commune V

Bamako le 13 février 2018

Pin It

Commentaires fermés