Communiqué de la CNDH relatif aux allégations d’exactions commises sur des citoyens s’élevant contre leur condition « d’esclaves » par ascendance

COMMUNIQUE N°031-2018-/CNDH

La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) exprime sa très vive préoccupation suite aux multiples allégations d’exactions commises sur des citoyens s’élevant contre leur condition « d’esclaves » par ascendance dans de nombreuses localités de la région de Kayes. Face à cette situation inadmissible dans un Etat de droit, la CNDH :

– rappelle que conformément aux dispositions des deux premiers articles de la Constitution du 25 février 1992, « la personne humaine est sacrée et inviolable. Tout individu a droit à la vie, à la liberté, à la sécurité et à l’intégrité de sa personne » ; « Les maliens naissent libres et égaux en droits et en devoirs » ;

– invite les autorités administratives, les légitimités traditionnelles et religieuses ainsi que les Organisations de la Société Civile à œuvrer pour la coexistence pacifique dans lesdites localités à travers des campagnes de sensibilisation et d’information;

– engage les autorités politiques, administratives et judiciaires à assurer à chacun et à tous les droits constitutionnellement garantis en faisant preuve de fermeté face aux atteintes injustifiées aux personnes et à leurs biens.

Pour la CNDH, la protection des droits de l’Homme est une responsabilité partagée.

Bamako, le 29 octobre 2018
Le Président

Maître Malick COULIBALY

Chevalier de l’Ordre National

Pin It

Commentaires fermés