Conférence-débat sur « la médiation et la prévention des conflits en période d’instabilité » : Cette autre pierre de la Fondation Naumann pour la paix et la stabilité au Mali

IMG_20190723_105306_0L’hôtel de l’Amitié a abrité, le mardi 22 juillet 2019, une conférence-débat autour du thème : « la médiation et la prévention des conflits en période d’instabilité ».

L’ouverture des travaux était présidée par le 1er Vice-président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné, entouré du Directeur Afrique de l’Ouest de la Fondation Friedrich Naumann, Jo Holden, du président de CRI 2002, Pr. Abdoulaye Sall et le Chef de Cabinet du ministre en charge des Réformes institutionnelles et des relations avec la Société civile, Sory Ibrahima Traoré.

La vision prônée par la FNF à travers cette conférence débat est de diversifier les voies et moyens de stabilisation du pays, avec la volonté de promouvoir un mode d’intervention à travers les relations sociales, basé sur le dialogue et la négociation. Il s’agit de montrer que les forces vives de la nation peuvent prendre en charge une centaine régulation sociale en complément de la régulation assurée par les institutions.

Dans son intervention, M. Jo Holden a indiqué que le choix de ce thème n’était pas le fruit du hasard, il se justifie par la crise multidimensionnelle qui sévit au Mali et dans le sahel depuis quelques années. « Aujourd’hui, les menaces pesant sur la paix et la sécurité ne sont plus, en première ligne, d’ordre militaire. Ce sont les conflits internes, les violences interethniques et identitaires…qui compromettent la stabilité et la coexistence pacifique des populations africaines. », a-t-il rappelé.

Aux dires du Directeur Afrique de l’Ouest de la Fondation Friedrich Naumann, les conflits et les divergences, quelque soit la nature, doivent être réglés par les moyens pacifiques tels que la médiation et l’inclusivité. C’est ainsi que la FNF, connue pour son attachement à la paix et à la protection de la dignité humaine, s’engage à accompagner le processus de réconciliation en cours au Mali et le rétablissement d’une paix durable et la coexistence pacifique entre les différentes couches sociales.

Par ailleurs, la consolidation de la coexistence pacifique dont il est question, exige aux plus hautes autorités du pays de réitérer leur confiance aux forces vives de la nation, signale Professeur Sall. « L’Etat ne peut pas tout faire, il doit se limiter aux missions régaliennes… », précise-t-il. Pour sa part, le Chef de Cabinet du ministre, M. Traoré a rappelé que cette conférence cadre avec les missions de son département en charge de la réforme constitutionnelle.

Selon lui, cette réforme constitutionnelle est une nécessité pour l’ensemble des forces vives de la nation et la classe politique, car elle vise l’implication de tous les acteurs afin que les avis des uns et des autres soient pris en compte dans le nouveau projet. Avant de déclarer ouvert le débat autour de la médiation pour la stabilité, l’honorable Tembiné a remercié la FNF pour cette initiative qui contribue à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issue du processus d’Alger.

Malinet.net

IMG_20190723_102411_1

IMG_20190723_102530_0

Pin It

Commentaires fermés