Direction nationale de l’agriculture : Engrais des paysans détourné, le DG sur la sellette

EIC_DNA SiegeLa campagne de distribution de l’engrais au compte de la saison agricole 2019 -2020 a commencé. Elle se fait non pas sans grincement de dents, car de forts soupçons de magouilles pèsent sur le Directeur national de l’agriculture.

Selon des indiscrétions, la liste de distribution des engrais est sortie depuis quelques jours au niveau de la Direction nationale de l’agriculture. Au constat de la répartition faite, ce sont seulement 20 % qui sont allés aux paysans. La question qui se pose est de savoir, où est parti le reste, soit les 80 % de l’engrais subventionné par l’Etat du Mali, estimés à des dizaines de milliards de F CFA ? Une interrogation bien justifiée dans la mesure où, le monde paysan n’est pas dupe. Les paysans savent très bien la part qui doit leur revenir à chaque saison.

Le quota attribué aux différentes zones agricoles comme la zone Office du Niger, la zone CMDT, la zone OHVN, etc., est connue d’office. Aucune sorcellerie, aucun vol planifié ne peut passer inaperçue. Dans la recherche de l’engrais manquant, les regards sont tournés vers le directeur national de l’agriculture, M. Maïga. Il est soupçonné d’avoir fait main basse sur la part des paysans en complicité avec un réseau de magouilleurs dont ferait partie le chef de cabinet sortant du ministère de l’Agriculture.

Le ministre de l’Agriculture, Moulaye Hamed Boubacar, connu pour son intégrité et sa détermination à toujours conduire à bon port la mission à lui confiée par le président de la République, doit veiller aux grains. Il y va de l’intérêt du monde paysan, de la réussite de la campagne agricole et de l’autosuffisance alimentaire de notre pays. Le lundi 27 mai 2019, à la faveur du 9e Conseil supérieur de l’agriculture à Koulouba au titre de la campagne agricole 2019-2020, le président de la République, intrigué par les magouilles récurrentes tant sur les intrants que les équipements agricoles, a tapé du poing sur la table.

Face aux participants que sont les structures chargées de l’agriculture et les organisations paysannes dont la faîtière l’Assemblée permanente des Chambres d’agricultures du Mali (Apcam), au vu des 15 millions de tonnes de céréales récoltées la saison précédente, IBK a déclaré, “ce résultat me conforte dans mon choix d’allouer 15 % du budget national, au secteur de l’agriculture […,], mais aucunement et jamais pour nourrir une spéculation de quelque ordre que ce soit”. Une mise en garde sévère à tous ceux qui se rendront coupables du délit de détournements et à ceux qui ont la main à la pâte.

A chaque campagne agricole suffit sa peine pour les paysans maliens. En dépit des efforts colossaux réalisés par le président de la République, Ibrahima Boubacar Kéita en faveur du secteur agricole en vue de hisser le Mali parmi les plus grands producteurs agricoles africains, des esprits malveillants sont tapis dans l’ombre pour saborder ses actions, en privilégiant leurs propres poches. A travers leur entreprise criminelle, ils parviennent à se faire plein la poche en délestant les paysans de leurs droits et en partageant les cautions techniques à un cercle d’affairistes.

Les objectifs de campagne pour cette année, validés par le Conseil supérieur de l’agriculture, ont été fixés à 11 millions de tonnes de céréales avec un excédent prévisionnel de 3 millions de tonnes. Son budget s’élève à 299,2 milliards de F CFA.
(Correspondance particulière)

Mali-tribune

Pin It

Commentaires fermés