Marche des enseignants: «Nous sommes prêts à observer une année blanche s’il le faut», scande le collectif

marcheLes enseignants ont battu le pavé ce mercredi un peu partout à travers le pays. Ils réclament les primes de logements et de documentation et l’amélioration de leurs conditions de travail. A Bamako, la marche a commencé de la place CAN au monument de l’ACI 2000. Occasion pour le collectif d’appeler le gouvernement à répondre aux aspirations des enseignants du Mali. Des revendications légitimes selon Dr Oumar Mariko, président du parti SADI :”Aucune des recommandations n’est au-dessus des moyens de l’État. Il est temps que les responsables du pays réagissent face aux préoccupations des enseignants en vue d’éviter le pire”.

Le collectif reste déterminé à poursuivre le combat en vue pour pousser l’État à respecter ses engagements, rappelle Adama Fomba, secrétaire général du syndicat des professeur de l’enseignement secondaire des collectivités. Le président de la République une fois a été interpellé par les marcheurs. Pour les syndicalistes, il est le seul à pouvoir éviter le chaos au sein de l’éducation. «Nous sommes prêts à observer une année blanche s’il le faut et à se préparer pour l’année prochaine. Aucune sacrifice n’est de trop pour atteindre notre objectif», juge Amadou Coulibaly, porte-parole du collectif des syndicats signataires de l’éducation du 15 octobre 2016.

À signaler que jusque-là, les négociations entre le collectif et le gouvernement sont au point mort. Le spectre d’une année blanche se profile à l’horizon pour l’année académique 2019.

Mikado.fm

Pin It

Commentaires fermés