Résultats des concours directs de recrutement de fonctionnaires : – 797 candidats admis pour la Fonction publique de l’Etat – 780 candidats admis contre 781 postes à pouvoir pour la Fonction publique des collectivités territoriales

Raki-tallaLa ministre du Travail et de la Fonction publique, Mme Diarra Racky Talla, était face à la presse le jeudi 21 février, dans la salle de conférence de son département pour présenter les résultats des concours d’entrée à la Fonction publique de l’Etat et des collectivités territoriales. Elle était entourée de plusieurs personnalités impliquées dans l’organisation desdits concours.

Selon la ministre du Travail et de la Fonction publique, Mme Diarra Racky Talla, dans le cadre de l’amélioration de l’administration et de la gestion des fonctionnaires des collectivités territoriales, la Direction nationale de la Fonction publique des collectivités territoriales (Dnfpct) a été créée par la Loi N°2016-041 du 7 juillet 2016. Et de rappeler qu’elle a pour mission l’élaboration des éléments de la politique nationale d’administration et de gestion des fonctionnaires des collectivités territoriales. “Avant sa création, la gestion de la Fonction publique des collectivités territoriales étaient assurées par la Direction générale des collectivités territoriales à travers sa Sous-direction des Ressources humaines. Malgré cela, de nombreuses réalisations ont été effectuées, dans la cadre de l’administration et de la gestion des fonctionnaires des collectivités territoriales, mais beaucoup reste à réaliser”, a-t-elle ajouté.

Elle a mis l’occasion à profit pour rappeler les différentes réalisations de 2013 à 2018, entre autres, l’organisation de concours directs de recrutement de 13 559 enseignants dans la Fonction publique des collectivités territoriales et celle de 1 076 agents de la santé et du développement social dans la Fonction Publique des collectivités territoriales.

139 faux diplômes ont été décelés

Evoquant les conditions d’organisation du concours direct de recrutement de l’année écoulée, elle a laissé entendre qu’à la clôture des dépôts de candidature, 11 326 candidats se sont fait inscrire, mais 10 229 ont effectivement concouru dont 1 744 candidatures féminines. Et de poursuivre qu’à la suite des différents travaux, 780 candidats ont été admis contre 781 postes à pouvoir. “Il faut signaler que 139 faux diplômes ont été décelés suite aux travaux de dépouillement des dossiers de candidature. Ces faux diplômes seront transmis à qui de droit à l’effet de prendre les dispositions nécessaires pour donner force à la loi”, a précisé la ministre du Travail.

Notons que pour la Fonction publique des Collectivités, les candidats déclarés admis sont répartis par ordre d’enseignement : l’enseignement technique et professionnel (109 dont un poste non pourvu), l’enseignement normal (90), l’enseignement secondaire général (128), l’enseignement fondamental (443) et l’éducation préscolaire et spéciale (10).

Par rapport aux résultats du concours de la Fonction publique de l’Etat, elle a indiqué qu’au titre de l’année budgétaire 2018, les concours directs de recrutement dans la Fonction publique d’Etat ont été ouverts suivant le communiqué N°2018-000034/MTFP-SG-CNCFP d’octobre 2018.

Ainsi, précise-t-elle, dans le cadre de l’organisation desdits concours, les besoins exprimés par les départements ministériels s’élèvent globalement à 5 630 dont 2 042 cadres de la catégorie A (36,27% des besoins exprimés), 1 951 cadres de la catégorie B2 (34,66% des besoins exprimés), 741 cadres de la catégorie B1 (13,16% des besoins exprimés) et 896 cadres de la catégorie C (15,92% des besoins exprimés). Et de poursuivre que dans ces chiffres sont inclus les corps dont le recrutement ne relève pas du Centre national des concours de la Fonction publique, notamment les corps réservés à la nouvelle ENA (282), les magistrats (21), les enseignants (78) et les contractuels sont exclus.

30 postes sont restés vacants dont 29 pour défaut de moyenne et un pour défaut de candidature

Pour la conférencière, deux arrêtés du ministre en charge du Travail ont fixé les emplois à pouvoir par voie de concours direct de recrutement dans la Fonction publique d’Etat au titre de l’exercice budgétaire 2018 à 930 empois repartis ainsi qu’il suit : 161 nouveaux agents pour le secteur de la santé, 62 pour l’éducation, 213 pour le compte du développement rural et 391 pour les autres secteurs de l’Administration publique. Notons que 103 emplois ont été réservés au recrutement par la voie de l’Ecole nationale d’administration (ENA).

Pour elle, ces 930 emplois à pourvoir, soit 16,52% des besoins exprimés, induisent une masse salariale globale annuelle de 1 862 397 254 Fcfa répartis comme suit : 498 264 284 Fcfa pour le secteur de la santé, 265 967 365 Fcfa pour l’ENA… “Au total 827 emplois ont été mis en compétition et sont répartis entre les différents cadres de l’administration. Sur 25 799 candidats inscrits, 23 529 dont 15 700 femmes soit 60,86% et 103 en situation de handicap (0,40%) ont pris part auxdits concours. 67,24% des dossiers de candidature ont été enregistrés à Bamako. A l’issue des concours, 770 candidats ont été déclarés définitivement admis parmi lesquels 249 femmes (32,34%) et 5 en situation de handicap (0,65%). Aux 770 candidats admis, il faut ajouter 27 candidats dispensés des concours. Ce qui fera au total 797 candidats admis. Il faut signaler que 30 postes sont restés vacants dont 29 pour défaut de moyenne et un pour défaut de candidature”, a-t-elle renchéri.

A croire la Ministre, comme à l’accoutumée, la vérification des diplômes des candidats admissibles a aussi révélé 13 cas de falsification de diplômes ou de date de naissance.

Boubacar PAÏTAO

Aujourd’hui

Pin It

Commentaires fermés