TNTSAT AFRICA : Les présidents des HAC de l’Uémoa, de la Guinée en visite au téléport

Le président de TNTSAT Africa (à l'extrême gauche) en visite des installations techniques avec  ses hôtes

En marge des travaux de la 6ème  Assemblée générale de la plate forme des régulateurs de l’audiovisuel des pays membres de l’Uémoa et de la Guinée, les présidents de ces instances de régulation présents à Bamako, se sont rendus le jeudi 14 février 2019, au téléport de TNTSAT Africa, sur la route de Kati. Un moment de découverte, mais aussi de compliments des hôtes du jour au promoteur de cette œuvre gigantesque, qui est d’un apport important à l’avènement de la télévision numérique au Mali, dans la sous-région et le continent tout entier.

La rencontre de Bamako avait regroupé autour du président de la HAC du Mali, pendant trois jours, les régulateurs des pays de l’Uémoa plus la Guinée et le Maroc. Il s’agi principalement de ceux de la Côte d’Ivoire, du Bénin, du Burkina Faso, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo.

Le téléport de TNTSAT Africa est un investissement de plusieurs milliards de Francs CFA. Il est le fruit d’un partenariat entre son promoteur, Ismaïla Sidibé et la Société européenne de satellite (SES) basée au Luxemburg. Il est à ce jour la principale installation en Afrique au sud du Sahara avec une couverture satellitaire qui va de la Mauritanie au sud de Madagascar.

A ce jour, la société TNTSAT Africa (Télévision numérique satellitaire), société commerciale de droit malien, diffuse par le canal de son décodeur « Combo » double tuner, plus d’une centaine de télévisions nationales, internationales dont une cinquantaine de chaines gratuites à vie. Il est adapté aussi bien au numérique qu’au terrestre et peut même faire des services IP donc l’internet.

Depuis son lancement en 2015, le téléport n’avait pas reçu en visite officielle, une aussi importante délégation de haut rang, venue d’ailleurs. Les présidents des Hautes autorités de l’audiovisuel et de la Communication (HAC) étaient à leur tour émerveillés et presque ébahis de découvrir une telle œuvre gigantesque réalisée par un Africain de la sous-région en la personne de M. Sidibé. Accompagnés par leur homologue du Mali, Fodié Touré, élu président des organes de régulation de l’audiovisuel de l’Uémoa au cours de la présente assemblée générale, les visiteurs du jour n’ont pas hésité à témoigner leur émotion de vive voix. Certains ont fait parler leur fibre panafricaniste en faisant comprendre que « ce téléport pourra beaucoup contribuer à l’intégration audiovisuelle numérique dans notre espace communautaire ».

Ils ont dit :

Fodié Touré, président de la HAC du Mali « je suis très émerveillé par ce que j’ai vu aujourd’hui. C’est vrai que j’ai eu l’occasion de le visiter par le passé. La visite du téléport à ce jour, en compagnie de mes homologues, est une fierté pour moi en tant que Malien. Fierté pour moi en tant que Président de la structure de régulation de l’audiovisuel. Mais aussi en tant que Président de l’autorité de régulation de l’audiovisuel de l’Uémoa. Ce téléport pourra servir les 8 pays de notre espace communautaire et pourquoi pas l’espace francophone. Nous envisageons d’entamer des discussions dans ce sens avec son initiateur. Nous sommes très émerveillés que ce soit par un des nôtres parce que nous avons l’impression que nous ne pouvons exister que grâce à l’extérieur. Mes homologues et moi sommes d’autant plus satisfaits que nous avons constaté le chantier d’installation de pylônes qui vont renforcer la capacité de diffusion du téléport. »

Adam Boni Tessi Touré, président de la HACA du Bénin : « j’ai été très impressionné de voir l’investissement qui a été fait. De voir toutes les capacités de ces machines et leurs possibilités. Par contre, je suis choqué par le fait qu’on n’exploite pas à fond les possibilités technologiques qui sont là. Pourquoi ? Parce que j’ai appris que TNTSAT Africa utilise les mêmes satellites que Canal+. Je suis nationaliste quelque part, de savoir qu’ils ont les mêmes moyens techniques pourtant, eux qui sont chez eux ne trouvent pas matière. Ça doit nous interpeller tous. J’ai participé dans le temps, en tant que parlementaire de la Cédéao, aux réflexions pour la création d’une télévision communautaire. Tout à l’heure, j’ai posé la question au PDG de savoir qu’est-ce qu’il en est de son côté ? Il m’a expliqué ce qu’il en est. Je pense qu’on ne doit pas baisser les bras. On doit tout faire pour le soutenir et le renforcer. C’est à ce prix que l’intégration va se réaliser, si on arrive à gérer cette situation et faire en sorte que ces équipements soient judicieusement exploités. Il en a les compétences technologiques. Le PDG nous a expliqué que son téléport s’étend de la Mauritanie jusqu’à l’océan indien, c’est-à dire, à Madagascar. Vous imaginez si une télévision peut couvrir tout cet espace, ce serait très bien.»

Me Soahania Mathias Tankoano, président du Conseil supérieur de la Communication (CSC) du Burkina Faso : « Qu’il me soit permis de féliciter M. Sidibé, qui est un entrepreneur africain de notre espace Uémoa. C’est avec une fierté, que nous avons visité ce chantier. En Afrique, nous avons de réelles compétences, de vrais patriotes, prêts à se consacrer au développement de leur continent. En tant que Président du CSC de mon pays, je dis que c’est une opportunité pour notre sous-région de mobiliser les compétences pour éviter d’aller individuellement vers des défis qui sont communs. Vous voyez qu’à partir d’ici, nous pouvons couvrir l’ensemble des 8 pays de l’Uémoa plus la Guinée. Ce qui va permettre de diminuer les coûts et de rentabiliser les investissements. Cette visite pour nous est une réelle opportunité en tant que régulateurs, pour promouvoir cette œuvre gigantesque. Pour que nous puissions à partir de cet instant, nous mobiliser autour de cet opérateur, pour aider nos chaînes privées à aller dans la TNT. Nous invitons tous ceux qui peuvent se joindre à M. Sidibé de le faire. Nous le félicitons par sa chaîne privée Africable aussi bien que pour la plate forme TNTSAT Africa. »

Mme Martine Condé, Présidente de la HAC de la Guinée : « Ça  me fait chaud au cœur de voir ici un jeune entrepreneur qui réussit et concurrence les pays les plus développés. C’est grâce à Africable, que chaque soir, nous sommes au courant de tout ce qui se passe sur nos télévisions nationales en termes d’actualités en Afrique, dans le reste du monde et la sous-région. M. Sidibé vient de nous dire que ses installations vont du Mali jusqu’à Madagascar. Cela constitue une surprise pour nous professionnels de la communication, que je ne saurais même pas qualifier. Il nous a aussi dit qu’il va former 3000 jeunes à l’installation de la TNT. Tout ce que je dirais, c’est formuler des vœux et bénédictions de réussite pour ce jeune entrepreneur qui nous fait honneur. »

Dr. Sani Kabir, Président du CSC du Niger : « Je dois d’abord féliciter votre groupe Africable, d’avoir trouvé cette initiative géniale. C’est pour moi une façon de désenclaver l’information. Cette infrastructure sert de contre propagande aux mauvaises images véhiculées par les médias occidentaux sur notre continent. Pour moi, c’est une façon d’aller vers le panafricanisme de l’information et de la communication. C’est très important. On ne peut pas développer un continent sans maîtriser l’information. Nous avons la chance de découvrir le monde entier avec des contenus africains, communautaires. Moi en tant que Nigérien, ou bien le Béninois, le Sénégalais, le Malien, sait que ça nous permet de déterminer nous même notre contenu pour le traitement de l’information. On ne peut que vous encourager et jeter des fleurs à votre promoteur. »

 

Ismaïla Sidibé, Président du Groupe Africable et de TNTSAT Africa : « C’est un sentiment de joie profonde qui nous anime en cet instant précis. Pour nous, c’est une forme de vraie reconnaissance de notre travail et de tous nos efforts. Je rends un hommage appuyé au Président de la HAC du Mali, qui vient d’être porté par ses homologues, à la tête des HAC de l’Uémoa. Je lui suis reconnaissant pour avoir accepté cette visite avec ses hôtes au téléport. Cette installation bien qu’elle soit implantée au Mali, appartient à toute l’Afrique. Il est le premier téléport installé en Afrique subsaharienne francophone à créer une vraie communauté de chaînes gratuites pour les Africains. Nous sommes les seuls aujourd’hui à faire des formations spécialisées en TNT et à donner des chaînes gratuites. C’est non seulement une reconnaissance à notre égard et des nouveaux défis que nous devons relever. Vous avez tous remarqué la joie exprimée par tous ces présidents qui n’en revenaient pas que nous puissions avoir ce téléport au Mali. Notre souhait est que cela soit consolidé et pérennisé ».

 

Direction de la Communication/Marketing

TNTSAT Africa

Pin It

Commentaires fermés