Afghanistan: l’Académie militaire attaquée à Kaboul

2018-01-29t035146z_1131300021_rc1a2b53bf00_rtrmadp_3_afghanistan-blast-academy_0L’Académie militaire nationale Maréchal Fahim a été ciblée par une attaque au petit matin ce lundi 29 janvier à Kaboul. Bilan provisoire du ministère de la Défense : 11 soldats tués et 16 blessés. Il s’agit de la troisième attaque armée en dix jours dans la capitale afghane, après celle ayant visé l’hôtel Intercontinental le 20 janvier et l’explosion d’une ambulance piégée en centre-ville samedi, toutes deux revendiquées par les talibans. Cette fois, c’est le groupe Etat islamique qui a revendiqué l’attentat.

L’attaque a commencé autour de 5 h (0h30 TU) par des tirs de roquette suivis de tirs à l’arme automatique et de RPG (grenades), rapporte notre correspondante Sonia Ghezali. C’est un commando de plusieurs hommes lourdement armés, avec au moins une veste explosive, qui a lancé l’assaut contre le 2e bataillon d’infanterie de la division 111 de Kaboul, une unité de protection qui se trouve à l’entrée de l’Academie militaire du Maréchal Fahim. L’organisation Etat islamique a revendiqué l’attaque ce lundi matin sur le site de son agence Amaq.

Un journaliste afghan, photo à l’appui, indique que les assaillants ont utilisé une échelle et des couvertures jetées sur les barbelés afin de pénétrer dans l’académie. Une grosse explosion a retenti, suivie de tirs, confiait un officier à l’intérieur, qui affirmait que les assaillants n’avaient pas réussi à rentrer dans l’établissement. Les tirs continueraient de retentir, plus de quatre heures après le début de l’attaque. Selon le ministère de la défense, « deux terroristes se sont fait exploser, deux ont été tués par les forces de sécurité et un autre a été arrêté ».

Le niveau d’alerte est maximale à Kaboul après cette nouvelle attaque dans la banlieue ouest de la ville. Les policiers sont plus nombreux aux barrages de police. Certaines ONG ont même décidé de renvoyer temporairement leurs employés internationaux dans d’autres villes du nord du pays, car plus calmes, ou même à l’étranger. Les ambassades étrangères conseillent à leurs ressortissants d’éviter de sortir de chez eux. Ces derniers jours, les étrangers ont été prévenus que l’organisation EI comptait viser les supermarchés et les hôtels qu’ils fréquentent.

L’Académie militaire de Kaboul, qui a déjà été visée par une attaque en octobre 2017, est immense. Elle couvre 45 hectares environ et quelque 4 000 personnes y travaillent. Cette institution réunit l’équivalent de Saint-Cyr et de l’Ecole d’état-major en France. Y sont formés tous les officiers jusqu’au grade de général. Mais ce lundi est un jour chômé à Kaboul, en raison du deuil national décrété samedi par le président Ashraf Ghani après l’attaque à l’ambulance piégée dans le centre-ville de Kaboul. Aussi, de nombreux enseignants et officiers manquaient à l’appel.

L’Afghanistan doit faire face aux assauts répétés du groupe terroriste Etat islamique, qui s’était il y a peu attaqué à l’ONG Save the Childrenà Jalalabad, dans l’est, la forçant à suspendre ses activités dans le pays, mais aussi aux insurgés talibans, qui ont revendiqué les deux attentats meurtriers contre l’hôtel Intercontinental et à l’ambulance piégée dans le centre de Kaboul. La première avait fait au moins 25 personnes. La seconde, pire attaque à la bombe essuyée par la capitale depuis des années, a fait plus de 100 morts et plus de 230 blessés.

RFI

Pin It

Commentaires fermés