Centre de santé et de référence de Korofina : Un véritable mouroir

Si la santé pour tous et à moindre  cout est un slogan et une  politique longtemps  prônée  par nos autorités, force est de constater que  le comportement  de certains médecins dans nos hôpitaux reste à désirer. Le Csref de Korofina n’est pas exempt.

 La joie d’avoir un enfant est immense dans un foyer. Mais le comportement de certains médecins fait briser ce rêve de parents à bon nombre de personnes. Et l’attitude de ce gynécologue est à décrier. Il y a juste quelques jours, avant la grève des agents de santé, un des gynécologues a fait des victimes dans ce centre de référence. Le  gynécologue en question, après avoir donné rendez-vous à 8h certaines femmes enceintes dont les grossesses étaient à terme, il s’est  présenté à 16H. Du coup, le fait d’attendre a occasionné des traumatismes  chez certaines femmes.

Des comportements de ce genre doivent être  éradiqués dans  nos hôpitaux  et centre de santé. Que dire  la famille d’une des  jeune filles de ce jour qui avait une tension  et devrait normalement subir une césarienne. Par finir, la pauvre dame a  perdu l’enfant et elle est traitement intensif dans une clinique à l’étranger.  En plus des gynécologues, certaines sages-femmes  mal intentionnées  crient, insultent et grondent les femmes enceinte. Elles se permettent de demander les frais d’accouchement et de fissure différents  de ceux qui  se payent au guichet.

Le centre de santé et de référence de Korofina n’est que l’ombre de lui-même par ce que le business a pris le dessus sur le traitement. Le Directeur de ce centre  s’il n’est pas complice est interpellé à assainir son centre des brebis galeux qui ne font qu’accroitre le taux de mortalité infantile et néonatale dans notre pays. Ce comportement s’augmente de jour en jour au moment où  nos autorités sont à pied d’œuvre afin qu’aucune femme ne meurt en donnant naissance.

Pour revenir à notre gynécologue, en plus du non-respect  de son serment professionnel notre bourreau du jour a oublié une notion  élémentaire  de la constitution de 1992 qui  garantit  le droit à la santé au Mali. Le serment d’hypocrite, pardon d’hypocrate est ainsi bafoué. Rien ne se fait dans les règles de l’art au point que les gens se demandent si ce n’est pas un centre de business à Korofina plutôt que de référence. Ce n’est pas tout, les femmes enceintes  sont devenues une proie facile pour les  hommes  d’affaires en blousons, que ça soit les gynécologues, les  sages-femmes etc chacun gagne son petit pain dans cette affaire.

Certains patients diront que le ministre a besoin de  faire des visites inopinées pour constater de visu ce qui se passe dans les centres de santé.

Diam Wagué

La sirène

Pin It

Commentaires fermés