Communiqué de presse: Don du 500 millio‏nième comprimé contre la bilharziose

Depuis 2007, Merck soutient l’OMS dans sa lutte contre les maladies tropicales négligées en Afrique – jusqu’à présent dans 35 pays

Depuis 2007, plus de 100 millions de patients, principalement des enfants, ont été traités contre cette maladie

Merck met pour la première fois environ 10 millions de comprimés à la disposition de l’OMS pour la Côte d’Ivoire

Merck (MerckGroup.com), une entreprise de premier plan dans les domaines de la science et de la technologie, a remis aujourd’hui à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 500 millionième comprimé contre la bilharziose, une maladie parasitaire insidieuse. Réunis dans une école située à 25 kilomètres au nord-ouest d’Abidjan, les représentants de Merck, de l’OMS et du Ministère de la santé ivoirien ont annoncé en même temps le lancement de la distribution des médicaments en Côte d’Ivoire.

Pour 2017, Merck remettra 6,5 millions de comprimés à l’OMS pour le pays ouest-africain

Depuis 2007, Merck soutient l’OMS dans sa lutte contre les maladies tropicales négligées en Afrique – jusqu’à présent dans 35 pays. Plus de 100 millions de patients, principalement des écoliers, ont ainsi pu être traités contre cette maladie. « Nous remettrons chaque année jusqu’à 250 millions de comprimés de praziquantel à l’OMS – jusqu’à l’élimination de cette maladie insidieuse », explique Belén Garijo, membre du conseil exécutif de Merck et CEO Healthcare. « Notre don de 500 millions de comprimés au total montre que nous sommes sur la bonne voie », poursuit Garijo.

Dans le cadre d’une cérémonie dans une école primaire du village d’Attinguié, des représentants du Ministère de la santé ivoirien et de la Schistosomiaisis Control Initiative (SCI) britannique ont distribué aux enfants des comprimés de praziquantel pour traiter la bilharziose. Les enfants ont reçu un à cinq comprimés en fonction de leur taille. Les professeurs leur ont également expliqué les causes de cette maladie parasitaire tropicale. À cet effet, Merck avait également fait don à l’OMS de 20 000 brochures éducationnelles pour la Côte d’Ivoire.

Selon l’OMS, environ 20% des Ivoiriens ont besoin d’un traitement. L’Agence américaine pour le Développement international (USAID) et la SCI ont soutenu la lutte du gouvernement ivoirien contre la bilharziose jusqu’à présent. Depuis 2014, Merck collabore avec ces deux organisations au sein de l’Alliance mondiale contre la schistosomiase. Dans le cadre de cette collaboration, l’entreprise a mis rapidement et gratuitement 3,6 millions de comprimés à la disposition de l’OMS pour 2016. La Côte d’Ivoire profite ainsi pour la première fois du partenariat entre Merck et l’OMS. Pour 2017, Merck remettra 6,5 millions de comprimés à l’OMS pour le pays ouest-africain.

Le nombre de personnes atteintes de bilharziose dans le monde est estimé à 260 millions. Le taux d’infection est particulièrement élevé chez les enfants, avec des conséquences particulièrement graves : la bilharziose cause un retard de croissance, diminue les capacités d’apprentissage et entraine une anémie. La donation des comprimés de praziquantel à l’OMS fait partie de la responsabilité sociétale de Merck et s’intègre dans le champ d’action « santé » de sa responsabilité organisationnelle. Le praziquantel est actuellement le traitement le plus efficace contre la bilharziose et il est bien toléré. L’entreprise soutient aussi des programmes d’éducation et de sensibilisation en Afrique ; elle effectue des recherches afin de trouver de nouveaux traitements contre la bilharziose pour les enfants en bas âge et coopère avec divers partenaires au sein de l’Alliance mondiale contre la schistosomiase.

Source: Merck

 

Pin It

Commentaires fermés