Déclaration de la Coordination des femmes de l’Azawad sur les assises tenues du 25 au 28 novembre 2017 à Bamako.

1Sur invitation du Ministère Malien de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, la Coordination des Femmes de l’Azawad à pris part aux Assises des Femmes du Mali. Dans le souci de fidèlement transmettre le message des femmes de l’Azawad au nom desquelles elles participent à ces importantes assises, les délégués de notre Coordination venues des différentes régions, ont tenue à refléter toute la réalité qui prévaut sur le terrain. 

Portant sur elles les couleurs symbolisant l’Azawad tel qu’il apparait encore aux yeux des défenseuses et militantes de sa cause à l’intérieur et dans le monde, les communications de nos militantes à cette occasion ont gardé toute la sincérité qu’exigent les défis du moment pour atteindre la paix durable. 

Tout en exprimant nos sincères remerciements aux organisatrices de ces assises, nous avions notées l’étonnement qu’à susciter nos apparitions publiques avec tout ce qui reflète la réalité du terrain. Il faudrait par ailleurs noter que ces Assises se tiennent après plus de 2 ans de retard dans la mise en œuvre de « l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger » prévoyant un traitement profond et définitif de la question de l’Azawad.
Comme mentionner et rappeler à toutes les occasions telles que les débats qui ont marqué l’actualité lors des assises bâclées de la Conférence Nationale tenues du 27 Mars au 02 Avril 2017 à Bamako, la Coordination des Femmes de l’Azawad reste attacher au caractère politique de l’Azawad.

Sans besoin de refaire une évaluation du processus de paix suffisamment connu de toutes et de tous au Mali en général et dans l’Azawad en particulier, une véritable refondation de l’État de droit et de la paix durable, exige une prise en charge réelle, compréhensive et sincère de toutes les visions des composantes du pays. À l’occasion d’une visite organisée ce matin par les participantes à ces Assistes auprès de l’Assemblée Nationale du Mali, les représentantes de notre Coordination ont été mises devant la condition de retirer les couleurs de l’Azawad pour participer aux échanges avec députés où de se retirer des locaux.

Confronter aux choix des députés à demeurer dans le déni de la réalité actuelle, nos délégués ont préféré le retrait immédiat de l’institution. Cette situation s’est par hasard produite un 28 Novembre, correspondant au quatrième anniversaire de la mort de notre sœur et camarade de lutte Haichata Walette Mohamadine, victime de tirs de l’Armée malienne lors d’une manifestation pacifique à Kidal en 2013.  Autant que toutes et tous les autres martyrs de la cause de l’Azawad faisant encore objet de déni de la part de l’État central de Bamako, la mémoire de notre défunte camarade de lutte nous exige un minimum de sincérité avec nous-mêmes et avec l’ensemble du peuple épris de justice et de la paix durable.

Toujours soucieuses de la paix dans la vérité et dans la justice pour tous et profondément conscientes de la nécessité d’un traitement profond des causes du conflit historique opposant l’Azawad au Gouvernement central de Bamako, la Coordination des Femmes de l’Azawad réitére son attachement à une mise en œuvre diligente de «l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du Processus d’Alger».

Bamako, le 28 Novembre 2017
Mme Aminoutou Walet Biby, présidente de la Coordination

Pin It

Commentaires fermés