Décret sur les autorités intérimaires : Le ministre Ag Erlaf divise la CMA

Mohamed_Ag_Erlaf_379174508_355155030
Le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA), la Coalition du peuple pour l’Azawad (CPA), la Coordination des mouvements et forces patriotiques de résistance II (CMFPR II) et une partie du MNLA affirment ne pas être engagés par le décret de mise en place des organes des autorités intérimaires proposé par le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat, Mohamed Ag Erlaf.

Quatre des six composantes de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) disent non au décret proposé pour la mise en place des membres des autorités intérimaires par le ministre de l’Administration territoriale. La raison en est qu’ils n’ont pas été consultés dans l’établissement de la liste. L’information a été donnée samedi dans une conférence de presse animée par des cadres des mouvements protestataires.

“Nous étions à la réunion de mise en œuvre du DDR en tant que CMA pour montrer à notre pays que nous sommes engagés plus que jamais à faire de la mise en œuvre de l’accord une réalité et le plus tôt possible”, a affirmé Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun, secrétaire général de la CPA.
Toutefois, selon lui, cette volonté de faire avancer le processus est stoppée par le décret du ministre Ag Erlaf. “Nous avons été surpris par l’attitude du ministre qui n’est pas n’importe quel ministre. Il connait très bien la réalité. Il a toutes les informations qui lui permettent de prendre des décisions idoines.

Il doit aussi savoir que quelle que soit l’urgence du moment, c’est la stabilité du pays et la cohésion qui doivent primer. Mais il a pris son courage à deux mains pour provoquer un conseil extraordinaire pour faire passer des listes qui n’engagent personne ni à Tombouctou, ni à Taoudéni, ni à Gao, ni à Ménaka et peut être même à Kidal d’où elles sont venues”.
A en croire le secrétaire général de CPA, le sous-comité politico-sécuritaire devait se réunir ce 17 octobre pour examiner les propositions des listes des autorités intérimaires “parce que tout le monde était d’accord qu’elles n’étaient pas consensuelles et qu’elles ne pouvaient pas engager la majorité écrasante des mouvements au sein des parties. Malgré ce constat, le ministre de l’Administration territoriale a proposé un décret dans lequel il disait avoir nommé les membres des autorités intérimaires”.

Cette décision ne plait pas à la majorité des composantes de la CMA et sème le doute quant à l’impartialité du ministre originaire de Kidal. “Nous ne pouvons continuer à sacrifier le bonheur de ce pays et de ses populations pour un homme. Ce n’est pas la première affaire que ce ministre nous embarque.
Aujourd’hui, il doit savoir que le Mali n’est pas une région, qu’une région ne gère pas d’autres régions et qu’un mouvement ne gère pas la CMA”, a tonné le cadre de la CPA.

Double visage
Et de révéler que “le ministre de l’Administration territoriale est trop impliqué et concerné par les affaires de la CMA pour faire avancer le processus de paix, sauf s’il se ressaisit et qu’il garde sa neutralité et son impartialité vis-à-vis de certains mouvements de la CMA”.
Par ce décret, les quatre mouvements voient leur sort décidé à Kidal sans être consultés et le rejettent à bloc. “Nous n’avons pas un gouvernement à Kidal qui décide pour nous, nous n’avons pas un mouvement à Kidal qui décide au nom de tous les mouvements. Ce décret ne nous engage pas, ce décret n’engage pas la majorité écrasante de la CMA”.

Les mouvements concernés exigent leur association dans la bonne mise en œuvre de l’accord. “Nous sommes d’accord pour une chose si notre gouvernement nous demande avec respect et considération en tant que partie, si la médiation internationale nous demande avec respect et considération en tant que partie, nous ne bloquerons jamais la mise en œuvre d’un accord dans lequel nous sommes associés.
Mais quand on n’est pas associé dans la mise en œuvre d’un accord alors que nous répondons de notre pays, nous répondons de nos populations, nous n’accepterons pas que la volonté d’autres dont nous ne maitrisons pas les agendas s’affirme et s’impose à nous”, a prévenu le secrétaire général de la CPA.

Après avoir rappelé les missions des autorités intérimaires (organisation du DDR, des commissions d’intégration, des patrouilles mixtes), il a promis que la CMA ne fera ni cantonnement, ni DDR, ni patrouille mixte sur la base de ce décret.
Le secrétaire général de la CMFR-II, Younoussa Touré, voit dans cette attitude du ministre et de ses deux alliés de la CMA une remise en cause de l’accord.
“Aujourd’hui, nous constatons que ceux qui ont signé l’accord sans la bonne foi, cherchent des moyens pour le saboter parce qu’ils n’ont pas encore renoncé à leur indépendance”.
Le MSA, la CPA, la CMFPR et le MNLA ont invité le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat, Mohamed Ag Erlaf, à annuler ce décret pour le bon fonctionnement de l’accord pour la paix et la réconciliation.

Youssouf Coulibaly

 L’Indicateur Renouveau
Pin It

One thought on “Décret sur les autorités intérimaires : Le ministre Ag Erlaf divise la CMA