Donald Trump: de graves «déballages» à un moment crucial

2016-07-01t182003z_286629483_d1betncrxzab_rtrmadp_3_usa-election-trump_0

Ces éléments, compilés pendant des mois, ont été rédigés par un ancien agent du service de contre-espionnage britannique MI-6, jugé fiable est-il précisé. Ce dernier, reconverti dans le privé, aurait été engagé par des rivaux de Donald Trump pendant la campagne de la primaire républicaine pour monter un dossier sur lui, expliquent les médias américains. Avant que des démocrates ne prennent ensuite le relais…

Embarassant, le document est actuellement entre les mains du renseignement américain. Son rédacteur, qui aurait été déployé en Russie dans les années 1990 et aurait gardé des liens sur place, a en effet contacté le FBI à ce sujet, en août 2016 à Rome. Selon The Guardian, en décembre après l’élection, le sénateur républicain John McCain a ensuite transmis une copie à James Comey, patron de la police fédérale.

Des frasques sexuelles prêtées à Donald Trump avec des prostituées en Russie

Le contenu de ces notes est si compromettant pour le président élu que ce dernier a été briefé à ce sujet par les services du renseignement américain, qui lui ont transmis un compte-rendu de deux pages. C’était vendredi dernier, lors de sa réunion sur les interférences prêtées à la Russie pendant la campagne présidentielle. Le même compte rendu a été présenté à des membres du Congrès, ainsi qu’à Barack Obama.

Dans le mémo, on apprend – et cela n’a donc pas encore été authentifié – que les autorités russes auraient monté un dossier à charge contre Donald Trump, pour faire pression sur lui si besoin. Elles disposeraient d’éléments sur sa vie et ses finances, et des vidéos sexuelles particulièrement compromettantes, qui auraient été réalisées avec des prostituées pendant ses voyages à Moscou.

Y sont aussi révélés de possibles liens anciens entre l’entourage de M. Trump et des officiels russes, ainsi que de possibles échanges informels et secrets pendant la campagne. Michael Cohen, conseiller spécial du candidat Trump, est accusé d’avoir été un canal de discussion, en rencontrant des représentants du Kremlin à Prague en août 2016. Ce dernier s’en défend sur Twitter et dans la presse, jurant notamment qu’il n’a jamais mis les pieds en République tchèque.
Certains voient dans cette affaire un signe que Moscou a cherché à recenser des informations sur les deux candidats, et non pas seulement sur Mme Clinton, mais a choisi cependant de ne divulguer que celles concernant l’ancienne secrétaire d’Etat. Ce n’est pas la première fois que l’interférence de la Russie est dénoncée. Jusqu’à présent, la Russie était accusée d’avoir fait tomber la candidate démocrate via des cyberattaques, et Donald Trump s’était targué d’appartenir à un camp mieux armé face à ce type d’intrusions…

On découvre aujourd’hui que les autorités russes ont pu, potentiellement, vouloir en fait épargner Donald Trump pendant la campagne pour mieux utiliser les éléments à sa charge par la suite. Et cela pose évidemment la question de la capacité à gouverner du magnat, analyse notre correspondante à New York, Marie Bourreau. Aussi, Donald Trump n’a pas tardé à réagir, dénonçant sur Twitter de « fausses informations » et une « chasse aux sorcières » dont il serait la victime.

RFI

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>