En Corée du Sud, Mike Pence affiche la fermeté américaine face à Pyongyang

SOUTHCHINASEA-USA

Le vice-président américain Mike Pence conclut ce mardi 18 avril une visite de trois jours en Corée du Sud, qui a permis de réaffirmer l’engagement des Etats-Unis aux côtés de leur allié sud-coréen. La semaine dernière, l’administration de Donald Trump a envoyé un porte-avions au large de la péninsule coréenne et multiplié les menaces à l’encontre du régime nord-coréen, soupçonné de préparer un imminent essai nucléaire souterrain. Mais Pyongyang s’est « contenté » d’un tir de missile dimanche, qui s’est d’ailleurs soldé par un échec.

Avec notre correspondant à Séoul,Frédéric Ojardias

Mike Pence a effectué une série de visites symboliques. Le vice-président américain s’est rendu le long de la frontière ultra-militarisée qui sépare les deux Corées. Il a également visité un casernement afin de rencontrer quelques-uns des 28 500 soldats américains stationnés de façon permanente en Corée du Sud.

Après sa rencontre avec le président sud-coréen par intérim Hwang Kyo-han, il a promis de déployer rapidement un bouclier anti-missile à haute altitude. Une initiative très décriée par les progressistes sud-coréens.

Concertation

Et surtout, Mike Pence a adressé depuis Séoul un nouveau message de fermeté au régime nord-coréen : il a recommandé à Pyongyang de ne pas tester la « détermination » de Donald Trump à régler la question de son programme nucléaire et balistique.

Il a enfin promis que « les Etats-Unis se concerteront étroitement avec les dirigeants sud-coréens avant de prendre la moindre décision concernant le Nord ». Un message visant à rassurer les Sud-Coréens, qui redoutaient avant tout une frappe militaire américaine unilatérale visant leur voisin nord-coréen.

RFI

Pin It

Commentaires fermés