Hôpital Gabriel Touré : Quand le Service de traumatologie devient traumatisant

urgLa problématique de la mauvaise gouvernance des hôpitaux maliens est un souci permanent, il y dépend de la qualité des soins. Le centre hospitalier Gabriel Touré de Bamako est l’un des plus grands centre hospitalier public au Mali, la vitrine du système sanitaire malien.

Depuis des années, cet hôpital est surtout décrié pour son fonctionnement et la prise en charge déplorable de ses patients. Mais plus grave, c’est l’insalubrité qui y règne, visible et nauséabonde ; une véritable décharge à ciel ouvert où le seul réflexe est de fuir et de se dire : « tant qu’à mourir autant mourir dignement », comme l’avait indiqué un confrère du RP-médias.

Au service de traumatologie (voir photos prise hier mercredi), où sont pris en charge les personnes atteintes des traumatismes physiques, l’air est irrespirable car l’entrée même du pavillon héberge une poubelle saignante qui dégage une odeur si nauséabonde, qu’elle ferait évanouir un âne et plongerait un asthmatique dans un état comateux.

C’est le même constat à l’intérieur de la salle où sont couchés les malades. Dans cette salle, les vitres d’une fenêtre sont cassées et les patients accidentés se trouvent perturber par le moindre bruit venant de l’extérieur. Un cataclysme qui n’est pas seulement visible au niveau de la traumatologie, mais aussi dans les salles d’urgences où les blessés baignent dans le sang des uns et des autres.

Au lieu de nous soigner, ils nous rendent malade ou accélèrent notre mort. En effet, la situation a, depuis toujours été dénoncée, sans aucune issue. Il est inconcevable dans un état digne de ce nom que l’élite vit dans le luxe insolent (veut ajouter le sénat aux dépenses) pendant ce temps on demande aux forces vives de la nation de serrer la ceinture de la misère.

L’entretien des infrastructures incombe au propriétaire qui est l’Etat qui, parfois échoue dans le choix des responsables. Les médecins sont des prestataires dont l’Etat loue le savoir pour fournir des services de santé (droit constitutionnel) aux citoyens. Ce n’est donc pas à eux ni aux patients d’acheter des poubelles, de déployer un service de nettoyage ou encore de remplacer les vitres brisées des fenêtres.

Il est temps sinon grand temps que l’on prenne conscience dans ce pays. Car si nous ne faisons pas face à nos problèmes, jamais nous n’allons les résoudre !

Poulo/malinet.net

gabriel

tra

Pin It

16 thoughts on “Hôpital Gabriel Touré : Quand le Service de traumatologie devient traumatisant

  1. On doit les renvoyes tous !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. Oui il l’est !!! Un bon citoyen car il dénonce ce qui est inconcevable dans un état digne de ce nom. Si nous ne faisons pas face à nos problèmes, jamais nous n’allons les résoudre !

  3. comment espérez vous vous qu’on trouve une solution à ce problème si on ne dénonce pas .?
    Il faut vraiment être un Coulibaly pour tenir de telle réflexion..mdr

  4. Vos propos sont graves. Dénoncer critiquer montrer ce qui n’est pas normal ne veut pas dire qu’on n’est pas un bon citoyen. Au contraire ne rien dire ni faire face à ça est criminel.

  5. Le CHU “Gabriel Touré” est pire qu’un abatoire et malheureusement tout le monde a dénoncé la situation (personnel et autorités de l’hôpital,patients, journalistes etc…) sans aucune issue.Vivement un président qui va détruire ces bâtiments pour reconstruire un vrai hôpital ou à défaut faire de l’espace un vrai abatoire frigorifique qui servira au moins à alimenter Bamako en bonne viande de boeufs

  6. viennent de tuer un des leurs, le Pr. Cisse qui est mort faute de soins.
    Une simple fracture et il meurt sans que ses propres collègues ne daignent lui porter secours.
    C’est aussi ça le Mali

  7. Tout à fait ,un professeur d’université hospitalisé dans un CHU de 10 h à 00 h sans aucune prise en charge et qui décède finalement dans une clinique (Source :presse écrite)

  8. C’est vraiment triste. Je n’ai rien contre les bons mais ils sont rares maintenant qui se soucient réellement des malades sauf si vous faites parti du haut placé?

  9. cela fait des années qu on montre , on dénonce, on s’ offusque, on s’indigne etc ….mais au finish RIEN ne sera fait : le chef de ce service, le directeur de la hôpital, le directeur national de la santé et Mr le ministre de la santé , aucun ne subira la moindre petite conséquence de cet état de fait ….Alors malheureusement ce genre de images ont encore de beaux jours devant elles dans notre pays .