Insécurité résiduelle au Nord du Mali : Après les fouilles place au viol

combattant-rebelle-touareg-mnla-cma-gatia-azawad-nord-mali-kidal-desertOpérant depuis longtemps et presque quotidiennement, sans inquiétude aucune sur les axes routiers voire fluviaux, notamment sur l’axe Sévaré-Gao, les bandits armés prennent désormais tout leur temps et leur plaisir, et poussent leur hardiesse à l’extrême.

Ils arraisonnent plusieurs bus et autres véhicules, font descendre des dizaines voire des centaines de passagers pour les fouiller corps et bagages pour les dépouiller de toutes sommes d’argent et objets de valeur (bijoux, habits, colis…, tout y passe). Ils sont particulièrement portés sur l’argent cash ou virtuel : et nouveauté, avant de délester les personnes de leurs téléphones.

 Ils les obligent à consulter leurs éventuels soldes OrangeMoney ou Mobicash, et tous montants conséquents sont transférés sur des numéros qu’ils communiquent aux malheureuses victimes.

Pire, les femmes sont fouillées par les mêmes hommes armés, et chose gravissime, on enregistre de plus en plus des tentatives de VIOL sur elles et d’atteintes à la dignité, à l’intégrité morale et psychologique.

Les autorités maliennes et la “Communauté internationale” doivent assumer leurs responsabilités face à cette situation où des dispositions de poursuites ou au moins d’escortes ne sont pas prises, même à titre dissuasif, dans ces zones abandonnées en véritables no-man’s-lands, interpelle, Ibrahim Ikassa Maïga, un avocat, ressortissant de Gao.

 Poulo/malinet.net

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>