Le Maroc interdit la vente et la confection de burqas

000_jt2ig_0

Les autorités marocaines ont interdit lundi 9 janvier la commercialisation et la confection de la burqa dans tout le pays. La décision n’a pas été annoncée ni commentée par le ministère de l’Intérieur, mais ordonnée oralement ou par écrit aux commerçants. Un geste fort qui a été condamné par des leaders salafistes marocains, mais aussi critiqué par certains défenseurs des droits de l’homme qui y voient une atteinte aux libertés individuelles.

Contre-productive pour les uns, liberticide pour les autres, si l’interdiction de vente et de confection de la burqa est critiquée par une partie de l’opinion, Najwa Boukouss, militante de la cause féminine, elle, salue la décision. « Elle va dans le bon sens. Je puis même avancer que je suis pour l’interdiction du port même de tout ce qui peut cacher l’identité d’un individu, homme ou femme, dans un espace public, explique-t-elle. C’est une menace à notre sécurité, c’est une menace à notre respect. »

Le Maroc n’a pas officiellement interdit le port de ce type de voile intégral. Une chose est sûre, les circulaires officielles diffusées sur Internet parlent bien du vêtement afghan burqa, mais difficile de savoir si la mesure concerne aussi un autre voile décrié, le niqab, cette longue robe noire masquant entièrement le visage. Un phénomène vestimentaire nouveau, selon Najwa Boukouss. « Même dans les années 1990, on ne voyait pas des gens dans les magasins qui vendaient ou des couturiers qui fabriquaient cette burqa ou niqab. On ne le voyait pas, c’est une culture récente par rapport au Maroc, qui n’a rien à voir avec sa culture ou son identité », affirme-t-elle.

Selon la presse locale, les autorités ont donné 48 heures aux commerçants pour se débarrasser de leur stock de burqas. Cette mesure éminemment symbolique renforce l’image d’un Maroc à l’islam tolérant, dont les institutions se posent en adversaire déclaré au fondamentalisme religieux.

Le Maroc invoque des raisons sécuritaires. Ahmed El Haij, président de l’Association marocaine des droits de l’homme acquiesce cette interdiction à demi-mot. « Nous, on considère que le choix de son habillement dépend du choix de la personne, donc l’Etat ne peut pas intervenir sur ce plan-là parce que l’habillement est un droit qui relève des libertés individuelles. Sauf que si ces vêtements peuvent cacher le visage de la personne, cela peut être nuisible à l’ordre public et cela peut affecter les libertés des autres personnes parce qu’on a maintenant cette phobie d’être avec quelqu’un qu’on ne pas reconnaître et qui peut présenter pour nous une menace », précise-t-il.

Rfi

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>