Le MDEAF Me Mohamed Aly Bathily accuse: “Deux députés ont spéculé pour mobiliser 17 milliards de F CFA…”

foreign_0004_1__480005015Le samedi 9 avril dernier, un meeting des Associations pour le Mali (APM) s’est tenu dans la Commune de Markacoungo. Objectif : faire de la lutte contre la spéculation foncière dans cette Commune rurale un engagement citoyen.

Dans les communes rurales proches de la capitale, les populations se mobilisent contre la spéculation foncière. Après des communes rurales de Kati, les militants des APM de Markacoungo ont tenu le samedi 9 avril un meeting de sensibilisation et d’information pour lever un certain nombre d’équivoques sur la volonté du ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières (MDEAF), Me Mohamed Aly Bathily, d’assainir le secteur foncier.

Ils ont réaffirmé leur soutien au président de la République et à son gouvernement. Selon les orateurs du jour, les APM refusent catégoriquement le destin de proie auquel les prédateurs invétérés s’évertuent à réduire les communautés rurales, spoliées de leurs terres à des desseins bassement mercantiles.

Le président des APM de cette zone a passé en revue la situation foncière des 9 villages de la Commune. Selon Bakary Diakité, le maire de Markacoungo, en complicité avec des prédateurs, a accaparé toutes les terres cultivables des 9 villages de la circonscription.

“Les hectares se chiffrent à plus de 1000. La commission foncière mise en place pour une résolution de la crise n’a pas contribué à améliorer la situation. Pis, il fait du trafic d’influence, en se prévalant de ses relations amicales avec le fils du président de la République, Karim Kéita, président de la commission défense de l’Assemblée nationale. C’est le nom de Karim qu’il utilise dans ses manœuvres. Et il n’hésite en aucun moment à mettre en prison les citoyens qui s’opposent à sa volonté”, a-t-il expliqué.

Et d’enfoncer le clou : “Markacoungo est exclu de tout processus de développement. Les fonds de la mairie, du centre de santé communautaire sont dilapidés. Les taxes et autres biens sont gérés sans la participation du village. Maire, sous-préfet et juge, tous, profitent de l’humilité des populations pour abuser ici…”

Le président des Associations pour le Mali, ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Me Mohamed Aly Bathily, a invité les villageois à faire face à leurs responsabilités, avant de dresser le tableau peu reluisant de la situation foncière.

“Sur 100 dossiers en examen à la justice, 80 sont fonciers. 90 % des titres fonciers sont attribués aux commerçants et aux fonctionnaires, seulement 4 % sont attribués aux paysans. Ces titres sont des garanties dans les banques aujourd’hui. C’est pourquoi 2 députés de l’Assemblée nationale ont miraculeusement obtenu un prêt de 17 milliards de F CFA dans une banque de la place. Ce, après avoir spéculé sur 120 hectares de terres des pauvres paysans. Ce sont les députés, maires, les opérateurs économiques et les hauts cadres qui sont les grands spéculateurs”, a-t-il annoncé.

Pour mettre fin à la problématique, le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières a mis l’accent sur la promotion d’activités génératrices de revenus, la lutte contre la pauvreté pour un système inclusif de développement communautaire. C’est par cette vision, dira-t-il, que la décentralisation sera participative.

Les coordonnateurs des APM ont invité le président de la République à soutenir le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières dans ses efforts de réforme du foncier.

Bréhima Sogoba

L’indicateur du renouveau

Pin It

Commentaires fermés