L’opposant russe Alexeï Navalny plaide sa cause devant la CEDH

2018-01-24t091311z_885649670_rc167d5fcbe0_rtrmadp_3_russia-election-navalny_0

A quelques semaines de la présidentielle russe, le 18 mars, le principal opposant au président Vladimir Poutine était ce mercredi 24 janvier 2018 devant la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg, pour une audience en appel devant la grande chambre. Alexeï Navalny, avocat de 41 ans, dénonce les nombreuses arrestations et condamnations, y compris pour inéligibilité, dont il fait l’objet.

Avec notre correspondante à Strasbourg, Anja Vogel

Figure de proue de la lutte anti-corruption en Russie, Alexeï Navalny dénonce un harcèlement, à la fois politique et discriminatoire. Arrêté à sept reprises en marge de rassemblements contre le gouvernement, il a obtenu en grande partie gain de cause en première instance devant la Cour de Strasbourg, qui a condamné la Russie pour violation du droit à la liberté de réunion, détention arbitraire et procès inéquitable.

Mais l’avocat souhaite aller plus loin. « C’était une procédure très importante pour nous aujourd’hui, dit-il. Notre but principal est de prouver qu’il y a des motivations politiques dans les accusations fabriquées de toutes pièces à mon encontre. Pas seulement pour moi, mais pour tous les citoyens, en particulier dans les régions où les gens souffrent d’être persécutés, parce qu’ils se battent pour leur droit de se rassembler. »

Principal opposant au président Vladimir Poutine, M. Navalny est frappé d’inéligibilité. Sa candidature à la présidentielle du 18 mars prochain a été rejetée. Il appelle à boycotter les élections et à manifester dans tout le pays dimanche prochain. Des manifestations autorisées dans beaucoup d’endroits, mais ni à Saint-Pétersbourg ni à Moscou. Or, on ne doit pas se rassembler à 7 h du matin en pleine forêt, dit-il.

La Cour rendra son arrêt définitif dans plusieurs mois, bien après la présidentielle russe.

Rfi

Pin It

Commentaires fermés