Mali: le Premier ministre évoque l’insécurité dans le Centre avec des députés

soumeylou-boubeye-maiga-ancien-ministres-parti-asma-cfp-congres-conference-réunionAu Mali, pour tenter d’apaiser le climat toujours tendu dans la région du centre, le Premier ministre malien, Soumeylou Boubèye Maïga, a reçu, samedi 17 mars, à Bamako, les députés locaux de la majorité et de l’opposition.
Devant les députés et élus du centre du Mali, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a tenu à rassurer : l’Etat prend les dispositions pour que le calme règne à nouveau entre les communautés.

Il a également tenu à évoquer la question des armes de guerre aux mains des milices. « Tous les groupes armés signataires ou non signataires de l’accord ont utilisé les communautés du centre pour renforcer leurs effectifs.

A un moment donné, les populations elles-mêmes, pour se défendre, ont mis en place des groupes d’auto-défense et tout cela a abouti à une militarisation de la société civile. Mais nous, nous allons non seulement combattre les groupes que nous combattons mais nous allons aussi désarmer tous ceux qui ne doivent pas porter des armes. Je le répète : l’Etat n’a armé aucune communauté », a déclaré le Premier ministre.

Présente à la rencontre, Diallo Aissata Touré, députée de la localité de Youwarou, dans le centre du pays, se dit satisfaite des entretiens. « Satisfaite et rassurée. A toutes les questions qui ont été soulevées, nous avons essayé de trouver des réponses », précise-t-elle.

Son collègue de l’opposition, Amadou Cissé, élu de la localité de Ténenkou, insiste sur une demande : « Certes la décision est très claire : celui qui sort avec sa moto est une cible pour les militaires mais qu’on ne brûle pas les motos des gens que l’on trouve dans leurs maisons, qu’on ne vole pas les bijoux des gens, le matériel des gens dans leurs maisons et que l’on ne crée pas l’amalgame. »

Et le Premier ministre a été clair, ceux qui n’honorent pas l’armée malienne seront durement sanctionnés.

RFI

Pin It

Commentaires fermés