Mali : L’insécurité complique le travail des humanitaires au centre du pays

AFP_121025_lh6h9_mali-refugies-humanitaire_sn635Aujourd’hui, environ 90 000 personnes sont touchées par l’insécurité grandissante au nord et au centre du pays, a appris malinet.net.

En conséquence, les populations vulnérables se comptent par milliers au centre du pays où l’insécurité complique le travail des humanitaires qui estiment que leurs interventions se sont beaucoup dégradées depuis 2015.

Dans la région de Mopti où des centaines d’écoles sont fermées, un accès limité aux services sociaux de base se fait énormément sentir.  Car, les attaques terroristes, menaces jihadistes et certaines mesures sécuritaires contraignantes de l’Etat inquiètent les humanitaires de la région.

M. Simba Konaté, chef du sous-bureau FAO à Mopti, au micro de Mikado fm, indiqu’aujourd’hui dan la Venise,  la détérioration de la situation sécuritaire est un frein au bon déroulement des activités humanitaires qui viennent en aide aux personnes vulnérables.

Selon lui,  vu que l’impact des mesures sécuritaires adoptées dans la région est trop limité, plusieurs stratégies se développent pour atteindre les bénéficiaires.  Malgré les difficultés sur le terrain,  Ramata Maiga, chef du sous bureau l’OIM à Mopti, estime que les humanitaires n’ont pas le choix vue la vulnérabilité des populations dans les zones enclavées.

guilleDes mesures d’interdiction de circuler à moto ont été prises, les acteurs de soins font état de graves difficultés dans le transfert des patients.

Le Mali interdit la circulation à moto dans la région de Mopti, c’est le gouverneur de la zone qui a pris cette décision pour lutter contre la recrudescence des terroristes dans la région qui utilisent ce moyen de transport pour disparaître rapidement.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle mesure est prise. Le gouverneur de la région de Ségou avait déjà interdit la circulation aux motos entre les villes de la région. C’est au tour du gouverneur de Mopti, le colonel Sidi Samaké de prendre à peu près les mêmes dispositions. Les motos et les tricycles sont interdits de circulation la nuit entre 18h le soir et 6 h le matin entre les villes et villages de la région de Mopti.

Suite à cette décision, les organisations humanitaires Médecins Sans Frontières (MSF) et Terre des hommes (Tdh) ont extériorisé leur inquiétude par rapport aux éventuelles conséquences sanitaires pour la population. Pour elles, cette mesure, décidée dans le cadre des politiques visant à améliorer la sécurité dans cette région, a pour effet de réduire les possibilités de transfert vers les CSREF des patients nécessitant une hospitalisation, et entrave fortement les stratégies avancées de vaccination et d’accès aux soins dans les communautés.

Le constat a été fait dans le district sanitaire de Macina, où, à cause des mesures d’interdiction totale de circuler, les acteurs de soins font état de graves difficultés dans le transfert des patients. Ce qui se traduit par une baisse significative des admissions d’enfants malnutris au centre de santé de référence. Selon les mêmes organisations humanitaires, en plus de compliquer l’accès aux structures de soins, l’interdiction de circuler à moto entrave les activités préventives et curatives dans les villages et les hameaux reculés.

 Au-delà de 5 km des centres de santé, la politique nationale de santé prévoit la mise en place de stratégies avancées, notamment en matière de vaccination, de suivi de la femme enceinte et allaitante, et de dépistage de la malnutrition, entre autres. Ces activités sont essentiellement menées à moto par le personnel des CSCOM.

Poulo/malinet.net

Pin It

Commentaires fermés