Opération spéciale du RAVEC à Kidal : Le processus est lancé

Recensement-administratif-vocation-etat-civil-ravecLe fait est indéniable et un constat majeur se dégage : les lignes semblent bouger en faveur du retour de la paix et de la réconciliation à Kidal. Hier, le lancement du Recensement administratif à vocation d’état civil (RAVEC), voire à caractère électoral sur toute l’étendue de la 8ème région administrative marque un tournant décisif dans ce processus de normalisation.

C’est donc un gouverneur de Kidal très enthousiaste qui a accueilli, samedi dernier, les 8 équipes du RAVEC, avant de les redéployer dans les différentes circonscriptions administratives de la région.
La cérémonie marquant le lancement de ce recensement a regroupé autour du gouverneur Sidi Mohamed Ichrach, le président de l’autorité intérimaire, Alassane Fagaga, les leaders communautaires et religieux ainsi que les responsables des groupes armés.

Cette opération était très attendue dans la région de Kidal où l’administration était absente depuis l’éclatement de la crise multidimensionnelle en 2012. Ce recensement, en plus de permettre aux populations d’avoir des documents administratifs fiables, notamment les cartes NINA, permettra aussi à la région de reconstituer ses fichiers administratifs.

Compte tenu de l’importance de cette opération, le chef de l’exécutif régional a souhaité la bienvenue aux équipes du RAVEC. «Il s’agit au total de 8 équipes. Trois équipes vont sillonner le cercle de Kidal; 2 vont dans le cercle de Tessalit; et les trois autres se déploieront dans les localités d’Abeïbara, Tin-Essako et Achibogo», a expliqué Sidi Mohamed Ichrach. Il rappellera aussi que la région, du fait de la crise, est aujourd’hui dépourvue de documents d’état civil.
«Cette opération permettra donc de doter la région d’un système d’état-civil sécurisé, moderne et fiable. Elle permettra, à court terme, l’établissement d’un fichier électoral fiable débarrassé de toutes inscriptions multiples. Elle prendra aussi en charge l’enrôlement de nouveaux majeurs et des gens ayant été omis par le recensement général de 2009. Le processus concerne également les nouvelles naissances et les personnes non enrôlées. La première sollicitation de la population de Kidal aujourd’hui est de posséder des documents administratifs fiables leur permettant de se déplacer à l’intérieur du pays comme tout citoyen malien. Ce recensement répond en partie à cette requête», a détaillé le gouverneur.

Parlant de la sécurisation des équipes de recenseurs, Sidi Mohamed Ichrach rassure : «C’est vrai, la réussite de cette opération dépend fondamentalent de la sécurisation des équipes. Là-dessus, nous avons pris des dispositions spécifiques en mobilisant tous les groupes armés sur place pour sécuriser les différentes équipes de recensement. Nous avons également mis à contribution les leaders communautaires, les jeunes mais aussi les chefs de tribus de communauté.

Avec tous ces dispositifs, nous pensons que la sécurité des équipes sera véritablement assurée».
Le président de l’autorité intérimaire de la 8ème région, Alassane Fagaga, a, quant à lui, insisté, sur la mobilisation des populations de la région. «Je vous invite à réserver un bon accueil aux opérateurs de saisie qui seront déployés dans vos localités», a-t-il convié, en insistant sur le rôle «primordial» des «chefs de tribus et de communauté» dans la réussite de l’opération de recensement.

Il rappellera que le fait de se faire recenser est un geste civique et utile à tous. «Connaître le nombre de personnes vivant dans la région permet à l’État de faire de bonnes évaluations. Le recensement est également essentiel pour ouvrir, construire les écoles, développer les services sociaux de base. Il permet ainsi d’ajuster l’action publique aux besoins des populations», a-t-il lancé.

Doussou DJIRÉ

L’Essor

Pin It

Commentaires fermés