Prise d’otages au Bangladesh: le groupe EI signe sa première opération d’ampleur

000_co57h_0A Dacca, au Bangladesh, une attaque terroriste a visé un restaurant fréquenté par les diplomates et les expatriés. Après une prise d’otages de plus de dix heures, de longs échanges de tirs et plusieurs explosions, la police a fini par donner l’assaut. Le dernier bilan provisoire fait état de six assaillants, deux policiers et vingt civils tués. Treize otages ont été évacués sains et saufs. Cette attaque a été revendiquée dans la nuit par le groupe Etat islamique, alors qu’elle était encore en cours. La première opération d’envergure de l’organisation dans le pays.

L’organisation Etat islamique avait déjà revendiqué ces derniers mois l’assassinat de blogueurs laïcs, de chrétiens, d’hindous et de musulmans chiites mais c’est la première opération spectaculaire menée par le groupe terroriste, qui a revendiquée la prise d’otages alors même qu’elle était en cours.

Une attaque dans la zone diplomatique, visant prioritairement des étrangers, cela ressemble aux attaques précédentes de l’organisation dans d’autres pays. L’implantation du groupe Etat islamique au Bangladesh est très récente puisque l’organisation l’a annoncée en avril dernier seulement.

Elle est en concurrence avec al-Qaïda dans le sous-continent indien, qui, elle, a été officiellement formée en avril 2014. Compte tenu du climat de violence politique et religieuse que connaît le Bangladesh, le pays constitue un terreau favorable pour les deux organisations, qui luttent pour la prééminence en cherchant à revendiquer plus de meurtres et d’attentats que l’autre.
La prise d’otages de la nuit dernière va peut-être amener le gouvernement de Sheikh Hasina à changer d’attitude. Jusqu’à présent les autorités de Dacca sont dans le déni en rejetant la responsabilité de cette violence sur les partis d’opposition islamistes dont les dirigeants historiques ont été récemment condamnés à mort et pendus tandis que le gouvernement faisait procéder à des milliers d’arrestations dans leurs rangs.

Cela dit, aussi bien l’organisation Etat islamique qu’al-Qaïda ne sont pas nés à partir de rien : les deux groupes s’appuient sur des organisations locales. Pour les pays voisins, comme l’Inde ou la Birmanie, le Bangladesh apparaît désormais aujourd’hui comme la tête de pont des réseaux terroristes islamistes menaçant leur sécurité intérieure.

RFI

Pin It

Commentaires fermés