PROCEJ : Le programme 2016 sur orbite

procej-0001

Le Ministre de l’Emploi, de la Formation Professionnelle, de la Jeunesse et de la Construction Citoyenne, M. Mahamane BABY, a présidé, dans la matinée, les travaux de la 2e session du Comité de Pilotage de ce programme.

C’était en présence de M. Drissa BALLO, Coordinateur du Projet, et d’une vingtaine de partenaires du Projet de Développement des Compétences et Emploi des Jeunes (PROCEJ) parmi lesquels : les représentants des ministères en charge de l’Education et de l’enseignement supérieur , de l’agriculture, de la promotion de l’investissement et du secteur privé, les Chambres de Métiers, les structures centrales du Département, le Conseil National du Patronat, l’Assemblée Permanente des Chambres de métiers,

En effet, le PROCEJ, fruit d’une étroite collaboration entre le Gouvernement du Mali et l’Association Internationale pour le Développement, a pour ambition de contribuer à l’atteinte des objectifs du Gouvernement en matière de formation et de promotion d’emplois pour les jeunes maliens, a justifié le Ministre BABY à l’ouverture des travaux .
Car, le PROCEJ va contribuer à réduire les contraintes liées à l’emploi des jeunes à travers une double stratégie qui consiste, d’une part, à améliorer les qualifications des jeunes grâce à un appui à l’enseignement technique et à la formation professionnelle et, d’autre part, à favoriser la création d’emplois pour les jeunes par la promotion de l’auto emploi et le renforcement du tissu national de MPME/PMI existants.

Le Programme de travail et le Budget 2015, très ambitieux pour une première année de mise en œuvre d’un projet, prévoyaient 117 activités à réaliser, a rappelé le Ministre, avant de comptabiliser le niveau d’exécution au 31 décembre 2015 se présentant comme suit : 32 totalement réalisées, 26 en cours de réalisation contre 59 non-réalisées, soit un taux de réalisation technique de 49,57% pour une exécution budgétaire de 25,44%.

Ce taux s’explique en grande partie, selon le Ministre, par le retard pris dans le recrutement du cabinet privé qui doit gérer deux sur trois sous-composantes de la composante 3, le démarrage tardif de certaines composantes comme la formation par apprentissage de type dual et la formation décentralisée de courte durée, mais également par les difficultés liées à la maîtrise des procédures de la Banque mondiale.
Aussi, a-t-il fermement engagé toutes les parties prenantes à la mise en œuvre du projet pour apporter les réponses nécessaires à ces problèmes et accélérer sa mise en œuvre au cours du présent exercice dont le programme de travail 2016 est jugé ambitieux à cet égard au niveau des composantes 1, 2 et 3.

La composante 1 concerne le démarrage des travaux de construction et/ou de réhabilitation des IFP de Ségou, Kayes, Banankabougou, l’acquisition des équipements et outillages pour ces établissements, l’élaboration et/ la révision des programmes de formation, la formation du personnel et la mise en place de nouveaux modèles de gestion basée sur des contrats de performance et le renforcement des liens avec le secteur privé. Il est prévu à ce niveau : la formation de 1500 nouveaux apprentis qui viendront s’ajouter aux 1500 apprentis de l’année dernière (soit 3 000 apprentis au total) dont 1 000 seront placés dans les entreprises modernes ; la formation insertion d’au moins 2 000 jeunes issus des milieux ruraux et semi urbains dans le cadre du programme de formation décentralisée de courte durée en partenariat avec les collectivités et les organisations professionnelles.

La composante 2 touche : la sélection et la formation à l’entrepreneuriat de 3 000 jeunes faiblement non scolarisés ou faiblement scolarisés, dont 1 080 recevront des subventions pour démarrer leur activité, et les subventions seront également mises à la disposition des 750 bénéficiaires de l’année 2015 ; la sous composante l’entrepreneuriat pour jeunes diplômés, qui démarra cette année avec le lancement du premier Concours de Plan d’Affaires, avec la création ou la consolidation de 75 entreprises pour environ 300 emplois au profit de jeunes diplômés sélectionnés ; les activités du fonds à coût partagé d’appui aux PME/PMI, qui démarreront également cette année, avec un objectif d’apporter un appui à au moins 25 PME/PMI.
Enfin, la composante 3 englobe les activités d’appui aux structures d’exécution du projet, qui seront poursuivies en termes de formation et d’appui matériel, en procédant à un renforcement de l’UCP et des agences en termes de recrutement d’assistants techniques pour prendre en compte certaines difficultés rencontrées.

Pour rappel, le budget prévisionnel 2016 du PROCEJ, discuté et amendé au cours de cette 2eme session, s’élève précisément à 10 milliards 366 millions 177 mille 265 francs CFA, réparti comme suit : le Fonds IDA pour exactement 10 milliards 176 millions 177 mille 265 francs CFA, soit 98 % du budget; la contrepartie malienne pour 190 millions de francs CFA, soit 2% du budget.

Source: CCOM MEFPJCC

Pin It

Commentaires fermés