Remaniement : L’opposition salue le choix du PM dans le parti majoritaire

soumiL’opposition salue le choix du Premier ministre dans le Parti majoritaire à l’Assemblée nationale. Mais selon Me Boubacar Karamoko Coulibaly de l’URD, le doute est permis quant à la capacité du nouveau chef du gouvernement à faire face préoccupations des Maliens dans un contexte de crise sociale tendue. « Depuis l’avènement du nouveau régime c’est la première fois que le chef du gouvernement est issu des rangs du parti majoritaire à l’Assemblée nationale. Sur le plan politique, ceci est une bonne chose. Je dirai sur ce plan que le chef de l’Etat est en accord avec la réalité politique. Maintenant, franchement, j’espère que le nouveau Premier ministre nommera un gouvernement de combat qui fera face aux problèmes des Maliens. Vous savez que le pays est paralysé sur tous les plans aujourd’hui, du Nord au Sud, d’Est à l’Ouest, au Centre, rien ne va, chacun se cherche, ça va dans tous les sens. J’espère que le temps permettra au gouvernement de faire face aux problèmes des Maliens. J’avoue de vous à moi, à partir de tout ce que j’ai vu jusqu’ici, je ne suis pas très optimiste, mais l’idéal serait que les problèmes du pays soient pris en main et résolus », a expliqué le vice-président de l’URD au micro de Studio Tamani.

REMANIEMENT: Des observateurs doutent du choix d’IBK

Pour certains observateurs, le choix d’un Premier ministre issu du parti présidentiel vise à préparer les futures élections et un deuxième mandat pour IBK. Mais selon eux, le futur gouvernement doit être une équipe restreinte capable de faire face aux vraies préoccupations des Maliens.
« N’oublions pas qu’Abdoulaye Idrissa Maiga avait été en 2013 le directeur de la campagne du candidat Ibrahim Boubacar Keïta. Donc, le nommer comme Premier ministre augure déjà de la mise en place d’un appareil gouvernemental dans la perspective des échéances de 2018, bien attendu en essayant de calmer le front social. Par rapport à la situation du pays aujourd’hui, l’idéal serait la mise en place d’un gouvernement d’union nationale dans la perspective de l’élection présidentielle de 2018. Je doute que le scénario de 2011 d’ATT soit conforme au contexte du Mali de 2017. Je crois que la majorité doit prendre toutes ses responsabilités en choisissant des hommes et femmes qui connaissent le pays et qui sont à même de trouver des solutions aux préoccupations de notre peuple en calmant le front social », a déclaré sur les ondes de Studio Tamani le Pr. Mamadou Samaké, chargé de cours à la Faculté des sciences juridiques de l’Université de Bamako.

Rassemblés par MD

L’Indicateur Renouveau

Pin It

Commentaires fermés