Scandale dans la fonction publique : Une décision de recrutement de 501 personnes, dont certaines ont payé 3 à 5 millions de F CFA, rapportée

Raky-tallaOn ne cessera de le dire, depuis l’élection du président IBK à la magistrature suprême en 2013, le Mali ressemble à la cour du roi Pétaud, où chaque responsable qui détient un bout de pouvoir, installe un réseau mafieux à la tête de son service pour assouvir ses intérêts égoïstes et haïssables. Ainsi, l’affaire de recrutement de 501 personnes dans la fonction publique, qui défraie la chronique, dépasse tout entendement. Le Premier ministre, chef de l’administration, selon des sources, n’était pas informé d’une telle décision, encore moins le ministre Boubou Cissé.

Par la Décision 2016-001035/MTFP-SG, le ministère du Travail et de la Fonction publique a procédé au recrutement de 501 personnes dans les catégories D et E. Elles ont toutes été mises à la disposition du ministère de l’Economie et des Finances pour servir en qualité de aide comptables, agents de poursuite, chauffeurs, collecteurs de taxes, agents de saisie, standardistes, manœuvres, filles de salle, garçons de salle, plantons, aide informaticien, aide magasinier, aide archiviste, aide bibliothécaire, relieurs, garçons de bureau, trieuses ronéotypistes. La décision a été signée le 9 septembre 2016 par le ministre en charge de la Fonction publique, Mme Diarra Racky Talla.

Le mécanisme de cette fraude à grande échelle a bien marché. Et ces personnes allaient être déversées dans la fonction publique au grand étonnement de tous ceux qui attendaient un communiqué annonçant un recrutement dans ces différents corps. Mais c’est grâce à la vigilance du ministre de l’Economie et des Finances Boubou Cissé que pot-aux roses a été découvert. Et dès lors, le ministre Talla et de son réseau mafieux, qui ont voulu fouler au pied les règles les plus élémentaires concernant le recrutement dans la fonction publique, se trouvent dans le viseur du Premier ministre Modibo Keïta et du ministre de l’Economie et des Finances Boubou Cissé.

Selon des sources proches du dossier, le Premier ministre n’aurait pas été informé du recrutement d’un tel contingent dans la fonction publique. Cela saute à l’œil nu quand on jette un coup d’œil sur les ampliateurs. Le Premier ministre, chef de l’administration malienne, n’est pas ampliateur.

Pour le cas du ministre Boubou Cissé bien vrai que son département soit cité comme ampliateur, il aurait été surpris par ce recrutement au nom de son ministère. Selon des informations, le ministre Cissé aurait demandé à son homologue de la Fonction publique Mme Diarra Racky Talla, de rapporter la décision.

Toujours selon nos sources, Boubou Cissé aurait dit qu’il n’est pas demandeur avant d’ajouter que les critères de recrutement sont douteux et ne sont pas transparents.

Au moment où nous mettions sous presse, nous apprenions que le ministre Boubou Cissé a révélé de ses fonctions le directeur des ressources humaines des finances. Ce dernier serait soupçonné, avec certains cadres de la fonction publique et des syndicalistes, d’être le cerveau de cette affaire pour le moins nébuleuse. Nous apprenons que le ministre Cissé compte aller jusqu’au bout pour tirer cette affaire au clair et mettre les membres de la mafia à la disposition de la justice.

Espérons-le. Mais que ça ne soit pas l’affaire des 263 radiés de la fonction publique par la transition de Dioncounda Traoré qui par fini ont tous été réintégrés. Du côté des personnes recrutées, c’est la mort dans l’âme. Dans la mesure où certains auraient versé 3 millions de F CFA aux membres du réseau pour être mutés aux impôts et ceux devant intégrés la douane auraient payé la faramineuse somme de 5 millions de F CFA chacun. Il reste à savoir ce que choisiraient les malheureux agents déboutés : récupérer leur argent ou demander leur réintégration dans la fonction. L’on comprend donc pourquoi les syndicalistes n’ont pas perdu de temps pour demander l’abrogation de la décision de renvoie des agents concernés de la fonction publique.

Il est de coutume dans notre pays que ceux qui tiennent les leviers du commandement entreprennent de telles affaires non recommandées par la loi. On citerait déjà le nom d’un député du RPM qui serait derrière cette ténébreuse affaire de recrutement illégal. Il serait en train de se battre comme un beau diable pour qu’on revienne sur ladite décision afin de sauver sa face devant les militants auxquels il avait promis du travail.

Yoro SOW

L’Inter de Bamako

Pin It

2 thoughts on “Scandale dans la fonction publique : Une décision de recrutement de 501 personnes, dont certaines ont payé 3 à 5 millions de F CFA, rapportée