Sécurisation des armes et munitions : quatre armureries réhabilitées

1842098_3_e993_des-soldats-maliens-examinent-a-gao-des-armes_6cf64be54427373993a0499f1d17402cLe Service de lutte anti-mines des Nations unies (SLAM ou UNMAS en anglais) a réhabilité les armureries du camp II de la Gendarmerie nationale, de la direction générale de la Police nationale, de l’état-major de la Garde nationale et de l’armée de l’Air à Sénou.

Les clés de ces quatre armureries ont été symboliquement remises vendredi, au cours d’une cérémonie organisée sur la place d’arme du ministère de la Défense et des Anciens combattants. Elle était présidée par le chef d’état-major général des armées, le général de division Mahamane Touré. Celui-ci a reçu les clés des mains de Philippe Renard, le programme manager de UNMAS.

Avant de remettre les clés aux directeurs des corps concernés, le général de division Mahamane Touré avait retenu que ces magasins rénovés aideront à mieux sécuriser les armes et munitions. Ils serviront non seulement à la destruction, dans les conditions idoines des armes et munitions obsolètes qui constituent des dangers pour les militaires et pour civiles, mais aussi à la sécurisation des matériels. « Les armes sont classées et numérotées et les munitions stockées à part », a spécifié le chef d’état major général des armées.

Cet appui est d’autant utile, reconnaîtra Mahamane Touré, que des armes et munitions avaient été dans un passé récent soustraites des magasins et vendues frauduleusement. « Et malheureusement, ces armes se sont retournées contre nous. C’est pourquoi, nous avons intérêt à nous assurer que les conditions de stockage de ces armes et munitions sont appropriées et qu’elles ne sont pas accessibles à n’importe qui ».

Auparavant, Philippe Renard avait indiqué que « la gestion et la sécurisation de stock d’armes et de munitions est une mesure préventive et restrictive de cette prolifération illicite ». Le programme manager de l’UNMAS a précisé que les armureries réhabilitées répondent à des normes désormais conformes aux standards internationaux. Selon lui, la destruction des armes et munitions obsolètes peut maintenant se faire dans les meilleures conditions, évitant ainsi des explosions accidentelles.

Quid de la capacité de nos ressources humaines à gérer ces armureries ? A ce propos, Philippe Renard a précisé que 7 personnes ont été formées en 2013 et 2014. Et bientôt, des armuriers, des magasiniers et des chefs de dépôts seront formés sur la gestion des stocks d’armes et munitions.

Philippe Renard a informé de la destruction en cours de 200 tonnes de munition obsolètes, contre 300 tonnes en 2013 et 2014. Selon lui, ces actions s’inscrivent dans le cadre d’un programme commencé en 2013. Celui-ci consiste en la formation de spécialistes, la destruction de stocks obsolètes, la réhabilitation et la construction d’infrastructures, ainsi que la mise en place de procédures de gestion appropriée.

« Le Mali a ratifié la convention sur les armes légères et de petits calibres, leurs minutions et matériels connexes, entrée en vigueur en 2009 », a-t-il rappelé, soulignant que ladite convention est l’un des rares instruments contraignants en la matière.

C. M. TRAORÉ

Source: Essor

Pin It

Commentaires fermés