Securité : le ministre malien Salif Traoré s’explique

Salif_Traor___427755809Sur les ondes de l’ORTM (média d’Etat), le ministre de la sécurité intérieure du Mali a fait le point. C’était ce lundi 6 juin, où il a confirmé l’absence des forces de sécurité de Kidal. Salif Traoré était face aux confrères de la télévision malienne.

Durant plus d’une heure, il a situé sur l’évolution de la sécurité intérieure au Mali. Insistant sur le renforcement des patrouilles de contrôles, le ministre a mis un accent sur leurs attributions afin que ses hommes ne soient pas focalisés sur les contrôles de vignettes, en partie, affaire des municipalités.
Au sujet de Kidal – actuel fief de la rébellion malienne – aucune force de sécurité nationale n’y est déployée depuis l’échec de l’armée en début 2014. ” La police fera son retour à Kidal mais, des intégrations sont prévues” a t’il indiqué. Autrement dit , les rumeurs portant sur une vague de certains combattants armés au sein des Forces armées du Mali (FAMA), sont donc avérées.
L’effectivité de ce redéploiement tant attendu est suspendu à l’accord de paix qui est bloqué, depuis des mois. Avant le coup d’Etat de mars 2012, il y avait 14 postes frontaliers, selon le patron de la sécurité intérieure et de la protection civile. Le colonel major confie que des négociations sont en cours avec l’UE, pour les réhabiliter afin de contenir l’insécurité, car la vie de la sous-région en dépend.
Face aux multiples sociétés de gardiennage qui ont émergé dans la foulée de la crise, une relecture de la loi sur leur statut est en cours. Une réduction de leur nombre est d’actualité afin que les plus professionnelles et reconnues soient, avec une éventualité que certaines soient armées.
Pour clore, le sommet France-Afrique que le Mali abritera en 2017, a été abordé par M.Traoré. L’ancien gouverneur de Kayes (1ère région du Mali) rappelle que les actions sont partagées avec la France. C’est ainsi que des éléments des forces de sécurité ont été choisis et une formation intense est en cours.
La première vague a fini et la seconde est en apprentissage. Une importante acquisition d’équipements a été enregistrée, selon le Colonel Major Salif Traoré. La menace terroriste appelle à “changer certains habitudes et comportements”, pour le locataire du gouvernement qui a lancé un message à la vigilance continue sur tout acte suspect dans la société.

Idrissa KEITA pour GCI
Correspondant particulier GCI au Mali

guineeconakry.info

Pin It

Commentaires fermés