Sur le BIC, les agents de Front Office des banques et SFD se renforcent les capacités

ouvertLe Représentant du ministre de l’économie et des finances, M. Souaibou DIABY a présidé ce lundi 13 novembre 2017, l’ouverture des travaux de la formation des agents de Front Office des banques et SFD sur le Bureau d’Information sur le Crédit (BIC).

C’était à l’hôtel El-Farouk de Bamako, en présence de la Coordinatrice de l’Unité d’appui et de suivi de la stratégie de Développement du secteur financier, Mme Touré Fatoumata Coulibaly ainsi que les membres de l’Association professionnelle des Banques et Etablissements Financiers (APBEF) et de l’association Professionnelle des Systèmes financiers décentralisés (AP/SFP).

L’organisation de cette session de formation étalée sur trois jours s’inscrit dans le cadre du renforcement des capacités des agents du secteur financier, qui constitue l’une des missions principales de l’Unité d’Appui et de suivi de la Stratégies du Développement su Secteur Financier (UAS/SDSF).

Elle réunit le personnel de Front Office des 14 banques commerciales du Mali et des 8 institutions de microfinance assujetties sur le recueillement du consentement des clients dans le cadre du Bureau d’Information sur le Crédit (BIC).

Les différentes réflexions menées ces derniers temps sur le secteur financier ont toutes pointés du doigt le poids des créances en souffrance du secteur financier, et une possibilité d’y faire face est de mieux connaitre les clients et leur historique de crédit de la base afin de réduire les risques pris à leur égard.

 Pour cela, l’utilisation du bureau d’information sur le crédit apparait nécessaire, selon la Coordinatrice de l’Unité d’appui et de suivi de la stratégie de Développement du secteur financier, Mme Touré Fatoumata Coulibaly. D’où le choix de ce thème de formation en collaboration avec les deux associations professionnelles des banques et des SFD. Elle a ensuite rappelé les missions spécifiques de l’unité d’appui et de suivi de stratégie de développement du Secteur Financier (UAS/SDSF).

Il s’agit de : réfléchir et proposer des mesures de réformes visant à accroitre la performance du secteur financier, suivre et évaluer la mise en œuvre des reformes du secteur financier, renforcer les capacités institutionnelles et techniques des acteurs du secteur financier (Banques, Systèmes Financiers Décentralisé, Assurances, Justice).

LE BIC est une institution qui collecte auprès des organismes financiers, des sources publiques et des grandes facturiers (notamment les sociétés de fourniture d’eau, d’électricité, des sociétés de téléphonie, etc.) des données sur les antécédents de crédit ou de paiement d’un client.  Ainsi, sa mise en place par les autorités monétaires, participe à l’amélioration de l’accès au financement bancaire aussi bien pour les opérateurs économiques que les particuliers.

« C’est donc pour faciliter la collecte de ces informations auprès de la clientèle que des banques et des SFD, à travers le recueil du consentement, qu’un renforcement des capacités des personnels des banques et des SFD sur ces prérequis s’avère nécessaire », indique M. Souaibou DIABY. Aujourd’hui, le Mali se classe 3eme rang, en termes de volume de consentements recueillis, dernière la Cote d’ivoire et le Sénégal, a-t-il rappelé. Ainsi, en fin Octobre 2017, le nombre de contrats de crédit s’est établi à 328 080 soit 13% des données collectées au plan régional.

Le ministère de l’économie et des finances attend beaucoup de cette session pour mieux appréhender la problématique des impayés et permettre au secteur financier d’octroyer plus de crédits afin de mieux soutenir la croissance économique de notre pays.

Poulo/malinet.net

ouver

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>