UEMOA : la gestion active de la trésorerie, une approche pour une gestion optimale des ressources et de l’endettement des Etats

3105-38492-uemoa-la-gestion-active-de-la-tresorerie-une-approche-pour-une-gestion-optimale-des-ressources-et-de-l-endettement-des-etats_L(UMOA-Titres) – Prenant en compte l’importance de la gestion active de la trésorerie dans les stratégies de financement des Etats de l’Union, l’Agence UMOA-Titres a entrepris avec la collaboration de la Banque Mondiale, de renforcer les capacités des acteurs des Trésors nationaux à la maîtrise des techniques et outils de gestion active de la trésorerie, lors d’un séminaire qui s’est tenu du 23 au 25 mai 2016 à la Somone (Sénégal). Cette session, première d’une série de cinq (5) entend appuyer les réformes au niveau des États visant la mise en œuvre d’une gestion active de la trésorerie, étape importante vers une gestion optimale des ressources et de l’endettement des États.

Avec l’institution du marché financier sous régional, les États de l’UEMOA ont recours à l’endettement de marché pour financer leurs déficits budgétaires. Une meilleure gestion de leurs flux de trésorerie devrait leur permettre de rationaliser leurs stratégies d’émission de titres publics, avec pour objectif la minimisation du coût de l’emprunt, en faisant recours aux instruments de gestion des excédents de trésorerie.

Comme l’a souligné le Directeur de l’Agence UMOA-Titres, M. Adrien DIOUF : « adopter une gestion active de la trésorerie est un processus dans lequel il importe de s’engager. Il y a certes beaucoup de préalables mais la question mérite d’être discutée avec les Etats de l’Union….L’esprit de ce séminaire est de mieux comprendre les enjeux liés à la gestion de la trésorerie pour les inclure progressivement dans nos actions de tous les jours et pour qu’au final, elle soit effective…. ».

En effet, la gestion active de la trésorerie se caractérise d’une part, par l’adoption de méthodes et l’utilisation d’outils permettant d’affiner les prévisions de flux de trésorerie, et d’autre part, par la mise en œuvre de techniques d’ingénierie financière visant à gérer les soldes de trésorerie déficitaires ou excédentaires, de manière optimale. L’objectif ultime de cet exercice étant de s’assurer que les Etats disposent des fonds nécessaires, en temps opportun, pour faire face à leurs obligations, en veillant à diminuer les risques et le coût de la dette.

Au cours de ces trois de jours d’échanges, les formateurs, en l’occurrence M. Gregory HORMAN, expert senior à la Division de la gestion de la dette et des opérations, au sein du Département chargé des questions de politiques macroéconomique et de dette et M. Baudoin RICHARD, consultant indépendant, ont centré leurs interventions sur (i) la prévision de la trésorerie, (ii) les instruments de gestion de la trésorerie et (iii) la gestion coordonnée de la trésorerie et de la dette.

Le séminaire a été marqué par une participation très active des participants à travers les questions-réponses et les échanges d’expériences.. Les séminaristes ont profité de cette occasion pour s’imprégner d’une part, des bonnes pratiques en matière de gestion de la trésorerie à travers une présentation de M. Abdou DIOUF, Inspecteur du Trésor, Chef de la Division des Etudes Economiques et des Statistiques au Trésor public du Sénégal, et d’autre part, de l’expérience de la Côte d’Ivoire dans le domaine du rachat de titres publics, à travers une présentation faite par M. Assi Yves LOPEZ, Chef du Service Emissions de Titres Publics au Trésor de la Côte d’Ivoire.

Les participants au séminaire ont formulé les recommandations suivantes :

  • prévoir, dans la mesure du possible dans la loi de finances, une disposition permettant au ministre chargé des Finances d’effectuer des opérations de placement des excédents de trésorerie ;
  • pour une meilleure mise en œuvre de la gestion active de la trésorerie, notamment la gestion des déficits et des placements des excédents de trésorerie, prévoir une délégation effective de pouvoir du ministre chargé des Finances au Trésor ;
  • établir un calendrier de mise en œuvre des réformes visant la centralisation des opérations de trésorerie et de gestion de la dette ;
  • veiller à ce que les participants au présent séminaire soient représentés à la série des quatre (4) autres restantes pour plus d’efficacité dans le programme de formation prévu en faveur des Trésors nationaux.

Au terme des travaux, le Directeur Adjoint de l’Agence UMOA-Titres, M. Badanam PATOKI, a remercié la Banque Mondiale pour sa contribution dans l’organisation de cette session bien appréciée par les participants. Il a également plaidé pour un accompagnement des partenaires techniques et financiers aux réformes envisagées par l’Agence pour le développement du marché régional de la dette publique. Par ailleurs, il a remercié les séminaristes pour leur participation active à cette session de formation portant sur la gestion active de la trésorerie. 
Les participants sont repartis mieux outillés en matière de gestion active de la trésorerie et d’émission des titres publics.

Le rendez-vous a été pris pour un deuxième atelier qui se tiendra courant mois de Septembre 2016.

Pin It

Commentaires fermés