Une législative partielle dans le Val-d’Oise en forme de test pour l’exécutif

edouard_philippe_1

Edouard Philippe, le Premier ministre français, était en meeting jeudi soir à Pontoise dans le Val-d’Oise, aux côtés du patron de La République en marche, Christophe Castaner, afin de soutenir la candidate du parti à la législative partielle, Isabelle Muller-Quoy, arrivée en tête devant le candidat de Les Républicains (LR), Antoine Savignat. Le second tour aura lieu dimanche. Il s’agit d’un scrutin important pour l’exécutif.

Rebaptisé le « premier des marcheurs » pour un soir, Edouard Philippe s’attache à défendre l’action de l’exécutif : « Depuis quelques mois, nos concitoyens ont le sentiment que quelque chose bouge. Nous prenons à témoin les Français que nous pouvons réparer ce pays. »

Le Premier ministre en profite aussi pour tacler son ancien camp : « Je ne sais pas s’il y a deux droites, trois ou quatre. Je sais qu’il n’y en a pas une, cela c’est sûr ! »

Si Edouard Philippe a fait le déplacement, c’est parce que cette législative partielle a valeur de test pour la majorité, comme l’explique ce militant. En votant pour Isabelle Muller-Quoy, il s’agit en réalité de renouveler sa confiance à Emmanuel Macron : « Si elle est élue, et elle le sera de toute façon et on y croit, cela démontrera que la politique qui est menée, elle est la bonne, même s’il y a encore beaucoup de choses à faire. On est sur la bonne voie. C’est capital. Si on perd cette élection, ça va commencer à se déliter un peu partout. »

Duel serré

Dimanche, le duel entre La République en marche et Les Républicains s’annonce serré, mais le mouvement d’Emmanuel Macron devrait tout de même l’emporter. De quoi se consoler de la défaite annoncée dans une autre législative partielle qui se tiendra le même jour, dans le Territoire-de-Belfort.

Rfi

Pin It

Commentaires fermés