Une ONG alerte sur la dégradation de la situation à la frontière Niger-Mali

International Crisis Group tire la sonnette d’alarme sur la situation à la frontière entre le Niger et le Mali. Dans un rapport publié ce mardi 12 juin, le centre d’analyse s’inquiète de la montée des tensions allant à l’ouest du Niger jusqu’à l’est du Mali. Cette zone constitue, selon les experts d’ICG, un nouveau foyer insurrectionnel au Sahel.
Entre le 27 avril et le 18 mai, des attaques de campements à la frontière du Niger et du Mali ont fait une centaine de morts, selon International Crisis Group.

Les motivations et les responsabilités restent à définir mais pour l’ONG, ces évènements témoignent de la brutale dégradation de la situation dans cette zone rurale difficile à contrôler par les Etats centraux.

Depuis février 2018, dans cette région du Nord Tillabéri au Niger et de Ménaka au Mali, les opérations anti-terroristes ont repris. Des opérations menées par les groupes politico-militaires maliens comme le Gatia ou le MSA soutenus par les forces armées, notamment françaises, lit-on dans le rapport.

Mais les recours à ces groupes risquent d’exacerber les tensions communautaires déjà existantes, et qui, dans ce contexte de militarisation de la frontière, prennent un virage de plus en plus meurtrier, préviennent les experts.

International Crisis Group recommande plutôt de privilégier le « dialogue, la réconciliation entre communautés et l’amnistie pour les militants n’ayant pas commis de crimes graves ».

RFI

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>