Mahamane TOURE, chef d`Etat major des armées maliennes

MahamaneTOURE(1)Biographie

 Agé de 59 ans et né à Markala, cercle de Ségou, Mahamane Touré effectue ses études primaires à l’Ecole fondamentale de Koulikoro-centre (1960-69)

Agé de 59 ans et né à Markala, cercle de Ségou, Mahamane Touré effectue ses études primaires à l’Ecole fondamentale de Koulikoro-centre (1960-69) ; il poursuit ses études secondaires au Lycée Franco-arabe de Tombouctou (1969-72). Bachelier Lettres modernes, il opte pour la carrière militaire après avoir été admis au Concours d’entrée à l’EMIA de Kati en 1972. En 1975, le Sous-lieutenant Touré rejoint les troupes aéroportées.

Il effectue une série de formations de qualification dans les troupes aéroportées, notamment : le stage d’Officier instructeur parachutiste (OIP-Pau, France-février à mai 1976) ; les stages de parachutisme et de sauvetage des pilotes (Altenstadt-RFA, Septembre –octobre 1976) ; le stage pour Officiers chefs du service aérien en ex-URSS (Riazan-URSS-décembre 1976 à mai 1978) ; le stage d’éclaireur aéroporté-PATHFINDER (Fort- Benning, Georgia-USA, mai-juin 1984) ; le stage de Remise à niveau Chute libre et Qualification Aile, suivi du stage de saut à ouverture commandée-retardée avec ou sans charge (Pau, France –Octobre-novembre 1986).

Au titre des stages d’application et de Commandement, il effectue les stages ci-après : le stage de chef de section d’infanterie (Fort-Benning-Georgia-USA-juin à septembre 1980) ; suivi du cours des capitaines d’infanterie (Fort-Benning, Georgia-novembre 1980 à mai 1981) ; les cours de l’Ecole d’état-major et de commandement (Fort-Leavenworth-Kansas-USA, de juin 1984 à juin 1985) ; l’Ecole supérieure de guerre et cours supérieur interarmées (Paris-France-septembre 1990 à novembre 1991) et finalement l’Ecole nationale de guerre au sein du cycle Université nationale de défense (Fort-Mac-Nair-Washington D.C. de septembre 1999 à juin 2000).

Le général Mahamane Touré a, en outre, suivi les cours techniques, de spécialisation, et les séminaires suivants : stages de langue américaine (stage de base en 1980 ; stage avancé en 1984 et Stage pour Instructeurs suivi du TOEFL en 1999) ; séminaire sur le Renseignement opérationnel et stratégique organisé par l’Ecole interarmées français du renseignement et des études linguistiques (E.I.R.E.L.-Bamako- février-mars 1987) ; stage d’organisation et méthodes informatiques-OMI ‘’A’’ et OMI ‘’B’’ au Centre informatique de la Défense, Levallois-Perret-Paris-France-avril-mai 1988) ; séminaire de perfectionnement sur l’optimisation du travail administratif-CEPAG-ENA (Bamako-février 1989) ; séminaire sur le droit humanitaire international– 27e session sur le droit humanitaire appliqué aux conflits armés militaires- Institut du Droit Humanitaire International – San Remo –Italie- juin 1989) ; séminaire sur les relations civil-militaires- une stratégie pour le développement Interne – Afrique-97 C- (Hurlburt Field-Floride -USA –août 1997) ; séminaire pour Instructeurs militaires et de police en opérations de maintien de maintien de paix, Droits de l’Homme et Assistance Humanitaire, (Turin-Italie- octobre 1997) ; séminaire pour décideurs africains –CESA- Washington D.C. -USA -Février 2002 ) ; séminaire thématique sur le contre-terrorisme en Afrique de l’ouest et du nord organisé par le Centre d’Etudes Stratégique de l’Afrique- CESA- (Bamako- octobre 2003) ; séminaire sur ‘’les réponses civil-militaires au terrorisme’’ organisé par le ’Centre pour les relations civil-militaires – CCMR’’ Monterey, Californie (USA15 – 30 avril 2005) ; formation aux techniques de négociation et de médiation- LEGON Centre for International Affairs (LECIA), Université du Ghana, Accra (mars 2008) ; BRIDGE, planification et gestion des processus électoraux, Accra-juin 2011) ; ECOWAS Senior Mission Leaders Course (Formation avancée pour responsables des missions de maintien de la paix), Africa Center for Strategic Research & Studies, National Defence College (NDC), Abuja, Nigéria-septembre 2012.

Il est détenteur des certificats, attestations, diplômes et brevets liés aux stages et formations rappelées tantôt. En outre il est détenteur d’un master (DEA) en stratégie de sécurité nationale. Avant sa fonction actuelle, le Général Touré a occupé toutes les postes de commandement, de la section au Bataillon, son dernier commandement ayant été celui de Chef de Corps du sein du Régiment des Commandos parachutistes. Il a en outre été successivement directeur de l’Ecole militaire interarmes de Koulikoro (1983-84) ; directeur du Service national des jeunes (1986-88) ; chef de cabinet au Ministère de la défense (1988-90) ; directeur de cabinet au Ministère de la Sécurité intérieure (juin 1992) ; adjoint du chef d’Etat-major particulier du Président Alpha Oumar Konaré (1992-93) ; commandant de l’Unité spéciale mixte de lutte contre la fraude douanière (1993-94) ; directeur général des douanes du Mali (1994-96) ; sous-chef d’Etat major adjoint-Opérations à l’Etat-major général des armées (1997-98) ; conseiller technique du Ministre de la défense (1998-99) ; secrétaire général du Ministère de la défense et des anciens combattants (2003-05) ; secrétaire exécutif adjoint, puis Commissaire chargé des affaires politiques, de la paix et de la sécurité au sein de la Commission de la CEDEAO à Abuja (2006 à 2012).

En plus de la médaille de Chevalier de l’Ordre National du Mali, il est décoré de la Croix de la Valeur Militaire à l’ordre du Groupement et de la médaille commémorative de Campagne du Mali. A titre étranger, il est Officier de la Légion d’Honneur de France, Chevalier de l’Ordre du BENIN et Chevalier du CISM.

Il parle couramment le Bamanankan, le Sonrhaï, parle et écrit en français et en anglais. Il comprend le russe. Il est marié, père de deux enfants.

Pin It

Commentaires fermés