Bancarisation des bourses d’étudiants par Ecobank-Mali Scandale ?

Au-delà des milliers d’étudiants qui passent toute l’année universitaire à faire des va-et-vient entre le centre national des œuvres universitaires et les différentes agences de l’Ecobank à Bamako, vous-vous êtes, vous aussi posé la question à savoir ce que gagne cette banque qui s’est toute seule offert ce juteux contrat. Certainement.

Cependant, il nous est revenu que dès 2010 au Mali, les dépenses en terme de bourses estudiantins avaient atteints 15 milliards FCFA chaque an pour 44.000 étudiants. Au fil des ans, le chiffre a doublé, voire triplé. Mais, le hic était que la gestion du service financier des bourses s’est de plus en plus compliqué et pour les étudiants et pour les autorités qui s’inquiétaient de la sécurisaté des étudiants recevant manuellement leurs bourses annuelles entières après des longues et fatigantes files d’attentes devant les comptabilités au sein des grandes écoles et établissements universitaires. Autant de raisons, selon l’avis de tous, ont occasionné la signature d’une convention pour la bancarisation des bourses des étudiants entre l’Etat et Ecobank-Mali.

Curieusement, Ecobank-Mali s’engage à l’ouverture gratuite des comptes de tous les étudiants boursiers. Et le paiement des bourses via une carte magnétique attribuée à chacun des bénéficiaires.

Dès le départ la filiale d’Ecobank au Mali, s’est aussi engagée à produire et à livrer gratuitement une carte magnétique à chacun des étudiants boursiers. Mieux, chaque année, ce sont des dizaines de milliers de boursiers qui parviennent dans les universités et grandes écoles du Mali. En plus, tous ces étudiants dont les bourses sont versées, pourront retirer gratuitement retirer leur argent auprès les guichets et sans contrepartie due à la banque qui a gratuitement fourni la carte. A croire sur parole !

Mais quelle est donc la part d’Ecobank ?

« La part d’Ecobank dans ce processus est de remettre rapidement aux étudiants leurs bourses. Vous n’avez rien à dépenser dans cette affaire, et vos frais de transaction à la charge d’Ecobank », avait juré un responsable d’Ecobank aux étudiants.

L’argent n’aime pas le bruit, nous ont toujours calmés les banquiers. Or, les banquiers n’ont jamais perdu même silencieux.

Comment comprendre que sans contrepartie, une banque capitaliste accepte de consacrer autant de milliards en FCFA dans un pays où le taux de bancarisant est moins de 12% ? Quand on sait qu’en temps normal, une carte magnétique coûte plus de 10.000 FCFA, hormis les frais de dossiers. Mystère !

Tenez, le contrat est signé depuis mai 2010. Ecobank qui sait qu’au Mali, ce sont des dizaines de milliers d’étudiants qui terminent les études, sait certainement comment y tirer profit.

L’autre côté obscure : On parle pourtant de compte bancaire, alors qu’il s’agit juste d’un système d’attribution informatisée d’un numéro de carte. En vérité, ce qu’Ecobank met à la disposition des étudiants ne joue pas toutes les fonctionnalités d’un vrai compte bancaire. Et en 2015 encore des cartes anonymes se vendent dans toutes les banques sans aucune forme d’ouverture de compte.

Chaque année, ce sont plus de 150 à 250 milles étudiants qui entrent et quittent le cursus universitaire et de grandes écoles pour des raisons diverses (fins de cycle, renvois, transfert, décès ou abandon) au Mali. En partant, les désormais ex-étudiants se retrouvent avec une carte magnétique non rechargeable. Pis, ces cartes contiennent toujours une somme qu’on ne peut pas retirer parce qu’en dessous de 5.000 FCFA.

« En terminant à la faculté des langues j’avais encore 4500 FCFA sur ma carte bancaire, témoigne un ancien étudiant de la FLASH, qui ajoute. J’ai tenté de les retirer mais vain. Les agents d’Ecobank- Bamako-Djélibougou m’ont fait savoir qu’il faut avoir au moins 5000 FCFA sur la carte pour pouvoir effectuer l’opération. Plus grave, il m’est paru impossible de recharger ma carte pour compléter la somme à 5000 FCFA pour vider mon sou de la carte qui sera bientôt périmée.» Les chiffres aidant, prenez la calculatrice…

Enfin, à qui les sommes demeurant irrécupérables sur les cartes d’étudiants sont destinées ? Mystère et boule de gomme…

Sakoulé

Source: Lesoft

Pin It

Commentaires fermés