Diaspora malienne : Le président du CSDM dénonce l’imposture du HCME

habib_sylla_806001956Le Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME) semble décider à jalousement garder le monopole d’association représentant la diaspora malienne. L’association dirige par Habib Sylla se présente comme « le seul interlocuteur de l’Etat avec la diaspora malienne ». Aujourd’hui, malgré l’existence du Conseil supérieur de la diaspora malienne (CDSM), une association des Maliens de l’extérieur dont l’ancrage chez nos compatriotes installés à l’étranger n’est plus à démontrer, Habib et ses supporteurs continuent à nier l’évidence.
En effet, foulant au sol la liberté d’association reconnue par la Constitution malienne du 25 février 1992, le HCME continue à revendiquer un monopole qui n’est prévu par aucun texte en République du Mali. C’est ce que le président du CSDM, Mohamed Chérif Haïdara, appelle de l’imposture. Dans un entretien qu’il nous a accordé, le président du CSDM a dénoncé cette imposture du HCME.

Selon lui, le CSDM a créé conformément à la liberté d’association en République du Mali. «Nous ne sommes pas une dissidence du HCME et nous ne sommes contre personne. Tout ce que nous voulons c’est la défense de la diaspora », a-t-il déclaré. Ajoutant que le HCME a créé par la Conférence nationale et qu’ils ont attendu 2009 pour avoir le statut d’utilité publique. «Cela ne leur donne aucun droit et aucune prérogative pour dire qu’ils sont les seuls de l’Etat avec la diaspora malienne », a martelé le président du CSDM, expliquant que son association est présente dans 38 pays dans le monde y compris et plusieurs pays européens.

«Si le Haut conseil des Maliens de l’extérieur peut se vanter d’être l’émanation de la Conférence nationale, le CSDM peut en faire autant, en ayant été reconnue par la Conférence nationale, organisée récemment au Mali où le président du CSDM a brillé par son absence. Pour preuve, il a été consulté par la Médiation internationale. Les deux structures, CSDM et HCME, ont tous travaillé dans les commissions de la Conférence d’entente nationale. Il est temps que le HCME arrête de se comporter un garçon d’un vieux couple, au risque de se trouver dans une imposture », a-t-il précisé.

Alors question : le Haut conseil des Maliens de l’extérieur a-t-il peur de l’influence de plus en plus grande que le Conseil supérieur de la diaspora malienne est en train de prendre de jour en jour ? En effet, le CSDM séduit de plus en plus nos compatriotes installés à l’étranger, en raison de sa proximité avec eux et surtout sa promptitude à réagir à leurs préoccupations. Ce qui explique que depuis sa création, il s’impose comme un interlocuteur de la diaspora malienne. Parce que plusieurs de nos compatriotes s’y reconnaissent de plus en plus.

Youssouf Bamey

La Lettre du Peuple

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>