Sécurisation de l’aéroport de Bamako : L’avion de reconnaissance de l’Armée de l’air à la manoeuvre

AVIONDans le cadre du renforcement des capacités du personnel du Cessna-206 mais aussi de tous les acteurs impliqués dans la gestion des situations de crise au niveau des plateformes aéroportuaires, l’Armée de l’air a organisé, vendredi dernier, à la Base aérienne 101 de Sénou, une session de formation pratique et de familiarisation au concept de protection et de défense des sites potentiels de lancement de missiles (MANPADS). En effet, compte tenu de la situation sécuritaire actuelle que traverse notre pays, l’Union européenne a fait don au Mali d’un avion de reconnaissance dont la mission est la surveillance de l’aéroport international de Bamako et de ses environs. Cet appareil, du nom de Cessna-206, est doté d’une capacité de détection de jour comme de nuit permettant ainsi de prévenir les menaces éventuelles sur les avions au départ et à l’arrivée.

L’objectif recherché de cette formation est de tester les mécanismes de coordination, de communication et de réaction du personnel exploitant du Cessna-206 et de tous les acteurs impliqués afin de mieux les préparer à une situation réelle de crise. Même s’il n’y a pas de tension particulière au niveau de l’aéroport international de Bamako. Cependant, les événements meurtriers récents sur l’ensemble de notre pays, nous imposent une fois de plus non seulement de redoubler de vigilance mais aussi de renforcer les dispositifs existants et dans la mesure du possible de les tester pour être sûre au moment venu de disposer d’un moyen adéquat pour répondre à la menace.

Le personnel impliqué de loin ou de près dans l’exploitation du Cessna-206 est constitué des pilotes, des opérateurs en vol/ sol et destechniciens, les représentants de l’ANAC, la gendarmerie, les contrôleurs aériens et les représentants des compagnies aériennes. Cette session de formation est une occasion pour l’armée de l’air de répondre aux inquiétudes du moment et aussi une opportunité de réveiller les consciences des acteurs pour qu’ils comprennent que la guerre contre le terrorisme nécessite de l’entrainement et de l’assiduité en permanence. La situation sécuritaire actuelle de notre pays est telle que des actes terroristes contre certains avions de certaines compagnies aériennes et même des installations aéroportuaires ne doivent faire l’objet d’aucune exclusion d’office.

Lors de la session de formation, un exercice de stimulation d’attaque au MANPADS a été réalisé. Le scénario se décrit comme suit : au cours d’une patrouille de routine, les éléments de la Base aérienne 101 ont reçu des informations faisant état de la présence d’éléments suspects rodant dans les environs immédiats de l’aéroport de Bamako. Il a été aussi fait cas de mouvements inhabituels vers une élévation boiseuse du coté de Sanankoroba. Fort de ces informations, un vol de surveillance aéroportuaire est effectué par le Cessna-206 et un véhicule suspect semblant être doté d’un système MANPADS est identifié après 45 minutes de vol de surveillance. Le chef de mission à bord de l’avion informe aussitôt les contrôleurs aériens de la nécessité de diriger les avions à l’arrivée vers des zones sures et de sursoir à tout décollage avant la clarification de la situation tout en évitant de créer une situation de panique au niveau de l’aéroport.

Les operateurs au sol au niveau du Centre des opérations aériennes de la Base aériennes 101 ainsi que le commandant de la compagnie de transport aérien (CTA) sont aussitôt informés pour une prise en compte immédiate de la situation. Le véhicule suspect ayant détecté la présence de l’avion de surveillance décida de s’enfuir vers le sud. Aussitôt le Cessna-206 passa le relais à la patrouille Tétras (avion léger de reconnaissance qui était en alerte maximum depuis le décollage du Cessna-206). Les Tétras ont reçu comme mission de guider les troupes terrestres sur le véhicule suspect qui se dirige vers le coté sud de l’aéroport afin de procéder à sa neutralisation. Après une opération d’envergure, la force d’intervention rapide de la Base aérienne 101, accompagnée de la gendarmerie, est parvenue à neutraliser les terroristes.

A la fin de cet exercice de simulation d’attaque au MANPADS, le sous-chef d’état-major des opérations de l’Armée de l’air, le lieutenant colonel Lassina Togola, a affirmé que le but était de simuler la présence d’éléments suspects dans la zone aéroportuaire. «Après la réception du renseignement , l’avion a décollé afin de faire la surveillance pour trouver la position des éléments suspects. Une fois identifiés, l’avion a dirigé les patrouilles terrestres pour aller appréhender ces suspects. L’opération a été un succès. Mais ce qui est surtout important c’est la capacité de l’avion à détecter rapidement la présence des suspects», a-t-il expliqué. Il dira aussi que la sécurisation de l’aéroport de Bamako est pour le moment l’objectif principal mais cela n’empêche que les autres zones environnantes soient sécurisées.

Le chef de service, sécurité et facilitation, Point focal du programme Cessna-206, Mamadou Salamakan Diop, s’est réjoui de cet exercice dont le but de sécuriser davantage l’aéroport de Bamako qui est d’une grande nécessité sur le plan économique. De ce fait sa protection s’avère plus que nécessaire.

Mamadou SY

L’Essor

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>